À la Une

Rencontrez la prochaine génération d’experts forestiers congolais

Des étudiants de troisième cycle soutenus par le CIFOR partagent un aperçu de leurs ambitions professionnelles.
Partager
0
Hermane Diesse, Sagesse Nziavake et Eliezer Majambu, étudiants congolais, ont présenté leur recherche lors de la conférence AFORPOLIS à Yaoundé, Cameroun. CIFOR/Ahtziri Gonzalez

Sujets liés Articles

Cameroon - Pour susciter un changement durable, relever les défis auxquels font face les forêts en République démocratique du Congo (RDC) nécessite de s’attaquer aux sources des problèmes.

Lorsque les chercheurs du Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) et de l’Université de Kisangani (UNIKIS) ont commencé à travailler ensemble il y a plus de dix ans, un problème urgent a été identifié : le pays manquait de professionnels hautement qualifiés et d’experts formés pour gérer correctement ses vastes forêts.

En 2005, seulement six personnes titulaires de diplômes de troisième cycle travaillaient comme chercheurs en foresterie en RDC, ceci alors que ce pays abrite certains des plus grands peuplements de forêts tropicales humides non perturbés de la planète.

Il est essentiel de trouver des solutions à la déforestation et à la dégradation des forêts en RDC. Les forêts sont sous pression en raison notamment de conflits prolongés, de la croissance démographique, du manque d’opportunités économiques, d’une insécurité alimentaire généralisée et l’exploitation clandestine des forêts. En conséquence, le pays a développé une expertise dans les défis particuliers auxquels ses forêts sont confrontées. Investir dans une éducation de haut niveau est la première étape pour promouvoir une meilleure gestion des forêts.

Le CIFOR et l’UNIKIS, soutenus par l’Union Européenne, ont entrepris de préparer des ressources humaines qualifiées dans le secteur forestier et ont depuis formé 154 étudiants en master et 36 doctorants en collaboration avec des enseignants locaux et internationaux. Certains de ces diplômés sont devenus des scientifiques et des professeurs réputés dans des universités ou des représentants du secteur privé et du gouvernement. Petit à petit, une nouvelle génération d’experts forestiers congolais émerge, prêts à utiliser leurs connaissances pour servir leur pays.

Lors de la première conférence scientifique internationale sur les « Politiques forestières africaines » (AFORPOLIS) tenue à Yaoundé du 24 au 27 septembre 2018, un entretien avec trois étudiants en master sur le point de terminer leurs études a permis de mieux comprendre leurs efforts. Les étudiants, qui participent au programme de gestion durable des forêts de CIFOR/UNIKIS, soutenu par le projet FORETS (Formation, Recherche et Environnement dans la Tshopo) et financés par l’Union Européenne, se sont rendus au Cameroun pour présenter les résultats de leurs recherches à des spécialistes forestiers du monde entier.

Hermane Diesse a grandi à Kinshasa, la capitale très active du pays. Agronome de formation, il a choisi le programme pour devenir un expert sur la manière de préserver la biodiversité de son pays tout en augmentant la production agricole.

Sagesse Nziavake est originaire du Nord-Kivu, une province montagneuse de l’est de la RDC. Titulaire d’un baccalauréat en économie, elle rêve de développer une économie verte dans son pays d’origine. Son objectif est de contribuer à l’élaboration de politiques économiques nationales qui permettront à la RDC de se développer de manière durable.

Enfin, Eliezer Majambu est originaire de la province riche en ressources du Kasaï-Oriental, située au centre de la RDC. Il a une formation en sciences politiques et il s’intéresse à l’élaboration de meilleures politiques forestières. Il a choisi le programme de CIFOR/UNIKIS après avoir constaté le désintérêt pour les forêts des spécialistes en sciences sociales. « Nous avons besoin de plus de personnes dans le domaine des politiques publiques pour s’occuper de la conservation de nos forêts », a-t-il déclaré.

AIDER LA RDC À MIEUX GÉRER SES FORÊTS

Bien que Hermane, Sagesse et Eliezer viennent d’horizons et de régions très différents du pays, ils sont tous d’accord sur un point : la RDC a besoin d’une meilleure gestion des forêts. Le pays est très riche en ressources forestières, mais des efforts supplémentaires sont nécessaires pour faire en sorte qu’elles contribuent à améliorer les conditions de vie de tous les Congolais et qu’elles soient préservées pour les générations à venir.

« Plus de Congolais doivent s’intéresser à nos forêts », a déclaré Eliezer. « Nous devons étudier la dynamique des communautés vivant de la forêt et réfléchir à de nouvelles façons de protéger et d’améliorer leurs moyens de subsistance, tout en protégeant notre patrimoine naturel. »

« L’agriculture, par exemple, met nos forêts sous pression », a ajouté Hermane. « Les habitants des villages ont besoin de gagner leur vie, ils ont besoin d’argent pour survivre. Nous devons les aider à augmenter leur production agricole afin qu’ils puissent mieux vivre, mais nous devrions le faire de manière à ce que cela ne se fasse pas au détriment de nos forêts. »

COMBLER L’ÉCART ENTRE LES SCIENTIFIQUES ET LES COMMUNAUTÉS

Selon les experts, la première étape pour contribuer à une meilleure gestion forestière consiste à rapprocher des communautés les scientifiques et les experts afin qu’ils puissent acquérir une expérience du terrain, s’enrichir des connaissances locales et produire de nouvelles connaissances applicables aux réalités locales et susceptibles d’améliorer les conditions de vie de la population.

Les trois étudiants ont eu l’occasion de faire l’expérience directe de cette dynamique en effectuant leur thèse dans le paysage de Yangambi, une zone forestière proche de Kisangani où opère un autre volet du projet FORETS. Leur travail sur le terrain leur a permis de choisir des sujets de recherche pertinents et de produire des connaissances pratiques pour les personnes vivant dans ce domaine.

Eliezer, par exemple, a étudié le rôle que jouent les institutions traditionnelles dans la gestion des ressources forestières. Après avoir observé de près la dynamique du pouvoir local dans un village situé près de Yangambi, il pourrait formuler des recommandations sur la manière de mieux gérer les conflits entre les autorités traditionnelles et les autorités locales et de renforcer la coopération pour éviter la surexploitation et la dégradation de la forêt.

Sagesse a étudié la dynamique de la consommation et de l’approvisionnement en bois de chauffage des micro-entreprises de Yangambi. Elle a mesuré la quantité de bois de chauffage utilisée par les entreprises locales, étant donné qu’elles n’ont pas accès à d’autres sources d’énergie. Cette étude lui a permis d’estimer l’impact du secteur sur la dégradation des forêts et la production de dioxyde de carbone.

Hermane a étudié les arbres que les agriculteurs ont plantés à Yangambi et leur effet sur la composition chimique du sol. Il a constaté que les agriculteurs gardent certains arbres dans leurs champs, principalement à cause des produits comestibles qu’ils offrent et pas nécessairement parce qu’ils contribuent à la biodiversité ou à la modification de la composition du sol. Il espère que ses recherches aideront la communauté locale à améliorer les techniques d’agroforesterie.

« Mon travail sur le terrain m’a fait me demander pourquoi les interventions dans les communautés ne fonctionnent pas ?», a déclaré Sagesse. Pourquoi les projets ne produisent-ils pas de développement socio-économique ? J’ai appris qu’il fallait parler davantage avec les gens, leur demander de proposer des solutions, travailler avec la communauté pour concevoir des projets. C’est alors seulement que nous susciterons un réel intérêt et que nous modifierons les comportements néfastes pour l’environnement », a-t-elle ajouté.

Les étudiants souhaitent continuer à développer des connaissances pertinentes. « Nous voulons continuer à étudier, bien sûr », a déclaré Sagesse. « Si nous avons la possibilité de postuler pour un doctorat, nous le ferons. Nous aimerions nous spécialiser davantage dans nos domaines. »

« Si nous sommes mieux préparés, nous pourrons avoir plus d’opportunités d’obtenir un bon travail et un meilleur salaire », a-t-elle ajouté.

Dans un pays où les possibilités d’emploi formel sont limitées, ces étudiants sont déterminés à se démarquer et à devenir des spécialistes dans leurs domaines.

Ce travail est soutenu par l’Union Européenne.

(Visited 1 times, 1 visits today)
Cette recherche fait partie du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l'agroforesterie, qui est soutenu par les Donateurs Fonds CGIAR.