À la Une

Innover pour l’architecture durable en Afrique centrale

Un regard sur le nouveau bâtiment à faibles émissions de carbone de l'Université de Kisangani.
Partager
0
Le chantier de construction de l’Université de Kisangani. Le bâtiment sera achevé en décembre 2018. Photo CIFOR / Axel Fassio

Sujets liés Articles

Africa - Partout en Afrique centrale, il est courant de voir des bâtiments usés qui semblent avoir été utilisés pendant des décennies, mais qui n’ont en réalité que quelques années. Le manque de main-d’œuvre qualifiée dans la construction moderne, le climat tropical avec une humidité extrême, la prédominance de matériaux de construction de mauvaise qualité et les budgets serrés pour l’entretien sont des défis fréquents et difficiles pour la longévité et la durabilité des infrastructures dans la région.

Cependant, un nouveau bâtiment en construction dans le nord de la République démocratique du Congo (RDC) surmonte ces difficultés et ouvre la voie à une architecture socialement et écologiquement durable. Dans le cadre du projet FORETS, dirigé par le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) et financé par l’Union européenne, la société R&SD s’est associée à l‘Université de Kisangani (UNIKIS) pour coordonner la construction d’un bâtiment de 2 500 mètres carrés sur le site de la Faculté des sciences, qui aura de nombreuses utilisations, y compris des auditoriums et des salles de classe pour des centaines d’étudiants de tout le pays.

Le bâtiment, qui devrait être opérationnel d’ici janvier 2019, est spécial à bien des égards. Tout d’abord, il est conçu pour durer longtemps malgré le climat rigoureux. « La conception de la toiture du bâtiment, dotée d’un système efficace d’évacuation de l’eau, de parasols et d’un système de ventilation, offre une excellente résistance aux intempéries comme des fortes pluies, des insolations agressives ou des taux d’humidité élevés», explique Quentin Ducenne, Directeur général de R&SD et chef de projet.

 « Notre équipe estime que la longévité dans la construction est une condition préalable à la durabilité, et nous avons donc veillé à ce que nous ne fournissions pas seulement du bois de qualité et d’autres matériaux, mais aussi les meilleures techniques de construction », ajoute-t-il.

   Le projet vise une construction de la plus haute qualité pour assurer la durabilité du bâtiment. Photo CIFOR /Axel Fassio

Au début des travaux de construction, les architectes ont réalisé que les travailleurs locaux n’avaient pas les compétences nécessaires pour mener à bien le projet. L’équipe du projet a décidé d’investir dans l’augmentation de la capacité locale et emploie désormais plus de 40 travailleurs locaux nouvellement formés aux techniques de construction innovantes et modernes, ainsi qu’à la gestion de projet, à la sécurité, à l’administration et la comptabilité, et la manutention de machines industrielles. En outre, le projet a mis en place un programme d’échange avec l’école locale des travaux publics, permettant à des dizaines d’étudiants d’acquérir une formation professionnelle et de se familiariser avec la construction moderne.

 « Le projet a pris plus de temps que prévu, principalement parce que nous avons constaté que la main-d’œuvre locale n’était pas qualifiée dans les techniques nécessaires, l’utilisation des outils ou la gestion du site pour répondre à nos normes”, explique Q. Ducenne. « En particulier, il était difficile de trouver de bons chefs d’équipe, mais nous nous sommes engagés à créer des emplois locaux, nous ne voulions donc pas embaucher des expatriés. »

Une partie de notre plan de développement durable consiste à veiller à ce que ce bâtiment reste fonctionnel aussi longtemps que possible et qu’il continue de bénéficier aux étudiants congolais dans les années à venir.

Quentin Ducenne, Directeur général de R&SD

   La sécurité a été une priorité majeure et les travailleurs ont reçu une formation sur la protection individuelle. Photo CIFOR /Axel Fassio

Pour créer encore plus d’emplois, l’équipe de construction a opté pour une approche à forte intensité de main-d’œuvre. Par exemple, ils ont choisi de faire des excavations manuelles au lieu d’utiliser des machines. Les deux options étaient tout aussi coûteuses, mais cela a permis à des dizaines de personnes de travailler pendant plusieurs mois – une considération importante dans une région où les possibilités d’emploi formel sont limitées.

   L'un des défis du projet était de trouver des matériaux locaux de haute qualité. Photo CIFOR /Axel Fassio
   Les travailleurs ont été formés à plus d'une douzaine de compétences en construction et en gestion. Photo CIFOR /Axel Fassio
   La construction a utilisé du sable des environs. CIFOR Photo/Axel Fassio
   Le toit du bâtiment est conçu pour augmenter la circulation naturelle de l'air. Photo CIFOR /Axel Fassio

Le cabinet d’architecture belge Accarain-Bouillot a été choisi pour la conception du bâtiment et a opté pour la simplicité esthétique, de manière à exiger un minimum d’entretien – et d’énergie. Il n’a pas d’ascenseur ou de climatisation ; au lieu de cela, les architectes ont opté pour un système de protection solaire pour éviter la lumière directe du soleil, couplé à un système de ventilation qui fait circuler l’air. Les murs sont principalement constitués de briques de terre brutes et non polies, plus isolantes que les briques cuites ou les blocs de béton. « De manière générale, le bâtiment aura une empreinte beaucoup plus faible que d’autres bâtiments de taille similaire en Afrique centrale », explique Q. Ducenne.

   L'équipe du CIFOR inspecte le bâtiment presque terminé. Photo CIFOR /Axel Fassio
   Le bâtiment fera partie du bâtiment de la faculté des sciences de l’UNIKIS. Photo CIFOR /Axel Fassio

« Une partie de notre plan de développement durable est de veiller à ce que ce bâtiment reste fonctionnel aussi longtemps que possible et qu’il continue de bénéficier aux étudiants congolais dans les années à venir », explique Q. Ducenne.

La Faculté des sciences offre une licence en sciences ainsi que des programmes de master et de doctorat en gestion forestière durable soutenus par FORETS. Mais plus largement, en tant que l’une des meilleures universités de la RDC, l’UNIKIS a besoin d’une infrastructure moderne – et elle est en mesure de montrer la voie dans ce domaine de l’architecture. Ce projet est une chance de faire exactement cela. « Les autorités de l’UNIKIS, l’un de nos principaux partenaires, ont été très impliquées depuis le début du projet de construction. Ils sont très motivés et fiers du nouveau bâtiment, et ils sont impatients de le mettre au service de leurs étudiants », conclut Q. Ducenne.

 

 

Pour plus d'informations sur ce sujet, veuillez contacter Paolo Cerutti à l'adresse courriel suivante p.cerutti@cgiar.org.
Cette recherche fait partie du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l'agroforesterie, qui est soutenu par les Donateurs Fonds CGIAR.
Cette recherche a été possible grâce à l'aide financière du fond de l'Union européenne.