À la Une

Paysages de palmiers à huile: Esquisses de futurs durables

Nouvelles méthodes de cartographie et de planification en Colombie.
Partager
0
Les chercheurs utilisent des méthodes innovantes pour explorer le possible avenir des paysages de palmiers à huile en Colombie. CIFOR Photo/Thomas Guillaume

Sujets liés Articles

Colombia - Cet article est le quatrième d’une série en quatre parties sur une étude mondiale sur les paysages adaptatifs de palmiers à huile.

En Colombie, un groupe de personnes très différentes se réunit pour explorer et planifier de manières innovantes l’utilisation des terres dans des paysages riches en palmiers à huile.

Ils espèrent ainsi s’assurer que la culture de la précieuse culture d’exportation – utilisée dans les aliments commerciaux et les produits de soins personnels, ainsi que les biocarburants – se fasse de manière bénéfique sur le plan économique et social et qu’elle n’empiète pas indûment sur les écosystèmes et la biodiversité.

Le travail fait partie d’un projet plus vaste, intitulé OPAL (Oil Palm Adaptive Landscapes), qui vise à améliorer la gestion des paysages de palmiers à huile en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Il représente un partenariat entre l’université suisse ETH Zurich (ETHZ), le Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR) et un certain nombre d’ONG et de partenaires nationaux.

   Fruits de palmier à huile dans une plantation en Colombie. Photo CIFOR / Thomas Guillaume

UNE MÉTHODOLOGIE COLORÉE

En utilisant un processus appelé modélisation d’accompagnement, l’équipe OPAL utilise des jeux de rôles pour amener les parties prenantes à partager des informations, à comprendre leurs points de vue respectifs et à travailler ensemble pour esquisser – et transformer – les structures plus larges dont leurs propres expériences font partie.

« A travers le jeu, nous pouvons commencer à mieux comprendre le système socio-écologique, à la fois dans le contexte local et global », explique le scientifique du CIFOR, Pablo Pacheco. « Nous pouvons également faciliter le dialogue, et ‘parcourir’ les futurs scénarios possibles pour tester leurs impacts. »

Dans le chapitre colombien, cette ‘traversée’ des futurs alternatifs est assez littérale: le jeu se joue sur un imprimé couleur de cinq mètres sur cinq d’un paysage générique colombien. « Vous êtes sur le terrain et vous pouvez voir où se trouve la rivière, où se trouvent les routes et où se trouvent les plantations », explique Alejandra Rueda de NES Naturaleza, l’un des partenaires du projet, aux côtés de l’Université Pontificia Javeriana et de WWF Colombie. « Cela aide les joueurs à visualiser où ils sont et à extrapoler à partir de là. »

Le scientifique de l’ETH Zurich, Claude Garcia, ajoute: «vous marchez dans le paysage jusqu’à votre plantation de palmiers à huile, puis vous prenez le bouquet de fruits frais et marchez jusqu’au moulin industriel … c’est comme si vous y étiez vraiment».

A travers le jeu, nous pouvons commencer à mieux comprendre le système socio-écologique, à la fois dans le contexte local et global

Pablo Pacheco, scientifique du CIFOR

   Travailleurs des plantations de palmiers à huile en Colombie. Photo CIFOR / Thomas Guillaume

DÉFINIR LES PROBLÈMES, ENSEMBLE

Cette tournure spatiale du jeu a du sens compte tenu de l’orientation particulière du projet en Colombie: une meilleure planification pour le développement de l’utilisation des terres dans les endroits où le palmier à huile devient de plus en plus important.

Le pays est le principal producteur d’huile de palme en Amérique latine et le quatrième plus important au monde, et il a un potentiel d’expansion considérable, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). OPAL se concentre sur les Llanos Orientales dans l’est du pays, où une grande partie de la culture a lieu.

Contrairement à d’autres régions productrices d’huile de palme au niveau international, la culture en Colombie ne représente pas une menace majeure pour les forêts, car elle est cultivée sur des pâturages existants qui ont été défrichés il y a longtemps, dit C. Garcia. Ces pâturages sont habités en grande partie par des espèces introduites, ils sont relativement improductifs et offrent très peu d’opportunités de travail. Dans ce contexte, explique Andres Etter de l’Université Pontificia Javeriana, le palmier à huile et d’autres cultures pérennes peuvent offrir des alternatives intéressantes sur le plan économique et environnemental, bien que leur impact sur la biodiversité et le stockage du carbone soit encore en phase d’évaluation.

Alors, quels sont les principaux problèmes pour le développement futur? Au lieu de travailler à partir d’hypothèses, les partenaires de recherche se sont – conformément à l’approche participative de l’approche de la modélisation d’accompagnement – adressés directement aux parties prenantes (palmeros ainsi que des représentants du gouvernement et de l’industrie) et leur ont posé la question.

« Nous sommes partis de rien », explique A. Rueda. « Nous l’avons construit avec [les parties prenantes] dès le début. Et cela a été l’une des plus grandes réussites jusqu’à maintenant – réunir tous les différents acteurs autour de la table et entendre leurs définitions des problèmes. »

La principale préoccupation qui a émergé était le manque de planification dans les régions où le palmier à huile est produit, en particulier en termes de dialogue entre les parties prenantes à l’échelle nationale et locale.

Les participants ont également indiqué que la concurrence pour les ressources – notamment la terre et l’eau – qui se produisait dans ces régions entre le palmier à huile et d’autres activités productives (telles que la culture du riz et l’extraction de combustibles fossiles) était importante. Ils ont également souligné la nécessité de gérer ces ressources de manière à soutenir les écosystèmes et la biodiversité et à contribuer positivement au stockage du carbone, ainsi qu’aux populations humaines et aux industries qui les utilisent, a déclaré A. Etter.

Cela a été l'une des plus grandes réussites jusqu'à maintenant – réunir tous les différents acteurs autour de la table et entendre leurs définitions des problèmes.

Alejandra Rueda, NES Naturaleza

   Une meilleure planification est nécessaire dans les régions de la Colombie où l'industrie du palmier à huile se développe. Photo CIFOR / Thomas Guillaume

UN MODÈLE ÉVOLUTIF

Les problèmes que les participants ont identifiés sont très larges, ce qui pose des défis, dit A. Rueda, étant donné les types de questions relevants pour les différents acteurs peuvent être très divers. «Si je suis invitée à jouer à un jeu et que la question ne m’intéresse pas, je ne vais pas jouer», explique-t-elle. « Mais si c’est une question où la réponse pourrait être utile pour moi, je serai le premier à jouer. »

L’équipe est actuellement en train de réviser le jeu, «afin que nous puissions poser différentes questions et l’exploiter à différents niveaux», dit-elle. Par exemple, certains palmeros locaux ne sont peut-être pas intéressés par une planification durable à l’échelle nationale «lorsqu’ils planifient à peine leur propre ferme», explique-t-elle. Mais s’ils peuvent utiliser le jeu pour trouver des moyens de gérer leurs propres fermes plus efficacement, cela aura des impacts à la fois localement et à plus grande échelle.

Whilst the game revisions have been time-consuming, the process of changing the model – to a game that responds appropriately to a range of different questions – has been interesting and valuable, says Rueda. The team hopes to begin rolling out the game with stakeholders around mid-March this year, after finishing their revisions and running a pilot. “We think this project could really influence the decisions that will be made around oil palm at the institutional level,” she says.

Alors que les révisions du jeu ont pris du temps, le processus de changement du modèle – à un jeu qui répond de manière appropriée à une gamme de questions différentes – a été intéressant et précieux, dit A. Rueda. L’équipe espère commencer à déployer le jeu avec les parties prenantes vers la mi-mars de cette année, après avoir terminé leurs révisions et mené un projet pilote. « Nous pensons que ce projet pourrait vraiment influencer les décisions qui seront prises autour du palmier à huile au niveau institutionnel », dit-elle.

Partie 1: Paysages de palmiers à huile : Jouer pour de bon

Partie 2: Paysages de palmiers à huile: le jeu des palmiers d’Indonésie

Partie 3: Paysages de palmiers à huile : Le jeu du long-terme avec l’huile de Palme

Cette recherche a été possible grâce à l'aide financière du fond du fond de l'Agence suisse pour le développement et la coopération (DDC), du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), du Programme suisse de recherche sur les problèmes mondiaux pour le développement et de l'Institut Luc Hoffman.