Partager
0

Burkina Faso - Septième partie de la série de vidéos « Les populations inaudibles d’Afrique de l’Ouest peuvent inspirer le monde » produite dans le cadre du projet WAFFI.

Régénération naturelle assistée
Maimouna Regtoumda, Kougrissincé, département de Nobéré, Burkina Faso

Avant la création du parc national Kaboré Tambi au sud du Burkina Faso en 1997, les communautés de la région dépendaient fortement des arbres qui poussaient dans la forêt, surtout les femmes qui tiraient des arbres sauvages une grande variété de nourriture, médicaments et autres produits forestiers non ligneux, ainsi que les revenus qui découlaient de leur vente. Parmi ces arbres figurent notamment le karité (Vitellaria paradoxa), le néré (Parkia biglobosa), le kapokier rouge (Bombax costatum), le tamarinier (Tamarindus indica) et Diospyros mespiliformis. La population de ces communautés a cependant trouvé un moyen de restaurer certaines des ressources issues des essences et des arbres qu’ils ont perdus lorsque le parc leur a été interdit. Ce moyen est connu sous le nom de technique de Régénération naturelle assistée (RNA) qui consiste à protéger et gérer les repousses naturelles qui apparaissent dans leurs champs et à proximité de leurs fermes. Aujourd’hui, Maimouna Regtoumda nous dit que grâce à l’utilisation des techniques RNA, des arbres précieux comme le karité ou le néré poussent dans les champs de sa communauté Kourgrissincé.

Regardez aussi :

Vidéo 1 : Des arbres « pour les petits-enfants » dans une forêt communautaire
Bibata Ouedrago, Séloghin, département de Nobéré, Burkina Faso

Vidéo 2 : La perte de terres agricoles au profit d’un parc national
Oumarou Zoundi, Koakin, département de Nobéré, Burkina Faso

Vidéo 3 : Pastoralisme et agriculture : préserver la paix dans la zone tampon du parc national
Arba Sondé, Tamsé, département de Nobéré, Burkina Faso

Vidéo 4 : Le bois-énergie comme source de revenu dans un paysage qui se dégrade
Zizigna Bagambagui, communauté de Gwenia, district de Kassena-Nankana, Région du Haut Ghana oriental, Ghana

Vidéo 5 : Quand des terres ancestrales tombent sous le joug d’une frontière internationale
Hansen Apewe Abaloori, communauté Akaa, district de Kassena-Nankana, Région du Haut Ghana oriental, Ghana

Vidéo 6 : La question du genre, la pénurie de terre et le manque d’accès aux arbres de l’autre côté de la frontière
Esther Atogiba, communauté Akaa, district de Kassena-Nankana, Région du Haut Ghana oriental, Ghana

Pour plus d'informations sur ce sujet, veuillez contacter Peter Cronkleton à l'adresse courriel suivante P.Cronkleton@cgiar.org.
Cette recherche a été possible grâce à l'aide financière du fond international de développement agricole (FIDA)
Politique sur le droit d’auteur :
Nous vous autorisons à partager les contenus de Forests News/Nouvelles des forêts, qui font l’objet d’une licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). Vous êtes donc libres de rediffuser nos contenus dans un but non commercial. Tout ce que nous vous demandons est d’indiquer vos sources (Crédit : Forests News ou Nouvelles des forêts) en donnant le lien vers l’article original concerné, de signaler si le texte a été modifié et de diffuser vos contributions avec la même licence Creative Commons. Il vous appartient toutefois d’avertir Forests News/Nouvelles des forêts si vous republiez, réimprimez ou réutilisez nos contenus en contactant forestsnews@cgiar.org.