Comment créer des systèmes agroforestiers qui fonctionnent pour les agriculteurs

Questions-réponses avec le chercheur Andrew Miccolis sur l'approche Options by Context
Partager
0
Un petit exploitant brésilien sur sa parcelle de terrain, aménagée en système agroforestier. Photo par CIFOR/ICRAF

Sujets liés Articles

Se contenter de reproduire un modèle préexistant en pensant qu’il sera efficace ne fonctionnera pas. Ce qui fonctionne, c’est d’examiner le contexte et de trouver une solution sur mesure.” C’est la conclusion à laquelle est parvenu Andrew Miccolis, chercheur en chef au Centre de Recherche Forestière Internationale et au Centre International de Recherche en Agroforesterie (CIFOR-ICRAF) et coordonnateur national pour le Brésil, après plus d’une décennie à diriger des initiatives visant à évaluer, concevoir et étendre des options agroforestières.

Certains de ses collègues sont arrivés à la même conclusion. Dans un numéro spécial de la revue Experimental Agriculture, Fergus Sinclair, directeur de l’agroécologie au CIFOR-ICRAF, et Ric Coe, chercheur de l’Université de Bangor, avancent des preuves suggérant que l’approche ‘Options by Context’ (OxC) représente un changement de paradigme en agronomie, stimulé par diverses interactions OxC. Ces interactions sont basées sur les circonstances des agriculteurs et influent sur la prise de décision.

“C’est une façon de penser et d’évaluer la meilleure solution possible pour ce contexte, et de la développer avec toutes les parties concernées,” a déclaré Miccolis. Nous l’avons interrogé pour en savoir plus.

Q : Qu’est-ce que l’approche Options by Context et pourquoi est-elle utile pour l’agroforesterie ?

R : L’approche Options by Context vise à accroître l’adoption des pratiques agroforestières à différentes échelles (parcelles, champs, paysages) pour bénéficier à un plus grand nombre de personnes. Basée sur cette approche, nous reconnaissons que les facteurs d’adoption et de succès pour la mise en œuvre d’une pratique agroforestière dépendent des circonstances dans lesquelles les familles opèrent et des contextes socio-écologiques, marchands, gouvernementaux et institutionnels.

Q : Comment cette approche peut-elle être mise en pratique ?

R : L’approche OxC utilise une méthodologie qui commence par un diagnostic, qui est une tentative de comprendre le contexte à différentes échelles. Le diagnostic nous renseigne sur les objectifs et aspirations des agriculteurs, les facteurs de dégradation, les caractéristiques biophysiques (climat, sol, etc.) et l’accès aux ressources facilitant l’adoption de l’agroforesterie (comme le financement, la main-d’œuvre, les connaissances, l’organisation sociale et l’accès aux politiques et au marché). Ces informations nous aident à comprendre les contraintes à l’adoption.

La prochaine étape est la co-conception des options agroforestières, en décrivant des pratiques agroécologiques et en sélectionnant des espèces en fonction du diagnostic et de certains critères. Ensuite vient l’étape de mise en œuvre, où nous établissons des parcelles de démonstration en collaboration avec les agriculteurs et les techniciens. L’objectif est de développer des systèmes agroforestiers adaptés au contexte local, qu’il s’agisse d’une seule famille, d’une communauté ou d’une zone spécifique. Nous avons créé certains outils pour développer ces systèmes, tels que la Planification et l’Évaluation pour la Prise de Décision dans les Systèmes Agroforestiers (PLANTSAFS) et son homologue spécifique à l’Amazonie (AmazonSAF).

Enfin, nous surveillons et analysons les compromis – c’est-à-dire où nous perdons et où nous gagnons. Un système peut être attrayant d’un point de vue écologique mais moins attrayant d’un point de vue financier, et un autre peut fonctionner d’un point de vue social mais pas d’un point de vue financier, donc nous retournons à l’étape de co-conception pour l’améliorer. Nous obtenons ainsi différents systèmes, selon le contexte.

Pourquoi cette approche est-elle importante pour faire progresser l’agroforesterie ?

Si nous comprenons le contexte, nous pouvons sensibiliser les décideurs politiques, les gouvernements, les agences et les scientifiques, et peut-être même modifier ou influencer le contexte lui-même. Lorsque nous réalisons de telles évaluations sur, par exemple, 20 ou 50 exploitations, nous constatons généralement que certains schémas se répètent. Par exemple, si une exploitation manque de main-d’œuvre qualifiée, de semences, de plants, d’une plus grande organisation sociale, etc., l’OxC nous aide à analyser la situation et à co-concevoir des systèmes pour ce contexte spécifique.

Andrew Miccolis (à droite) est un chercheur en chef au CIFOR-ICRAF et est le coordonnateur national pour le Brésil. Photo par Valentina Robiglio/CIFOR-ICRAF.

Comment cette approche est-elle durable en termes d’adoption et de mise à l’échelle ?

L’adoption d’un système agroforestier nécessite une adaptation. Le thème central de notre approche, notre théorie du changement – qui s’est avérée efficace en pratique – est que lorsque vous adaptez la solution pour que les gens s’en saisissent, l’adoption se produit. Nous fournissons la structure pour cela.

Se contenter de prendre et de vendre un système modèle ne fonctionne pas pour mettre à l’échelle l’agroforesterie, car généralement les gens ne l’adoptent pas – et s’ils le font, ce ne sera pas aussi bien fait qu’il le pourrait, car ils n’ont pas les ressources nécessaires. Par exemple, ils pourraient manquer de main-d’œuvre, de fertilisant, ou ils pourraient ne pas avoir les connaissances nécessaires pour gérer un système spécifique. Nous ne disons pas qu’un système agroforestier est l’objectif final ; nous encourageons les gens à utiliser cette méthode pour qu’ils puissent trouver un système qui convienne le mieux à l’agriculteur, sur la base de preuves et du diagnostic.

De quoi dépend le succès de cette approche ?

L’approche peut fonctionner dans n’importe quel contexte, mais l’adoption en est une autre question. Cela dépend de facteurs externes et contextuels. L’approche OxC vous aide à identifier quels sont ces facteurs ; c’est pourquoi elle fonctionne dans n’importe quel contexte. Voici un exemple : nous avons organisé des ateliers avec des agriculteurs et des éleveurs au Minas Gerais et nous leur avons demandé combien d’entre eux avaient entendu parler de l’agroforesterie ; personne n’a levé la main. Ils n’en avaient même jamais entendu parler. Nous savions donc qu’il y avait un sérieux manque de connaissances et nous avons investi beaucoup dans ce domaine. L’approche aide les gens à analyser la situation et à développer ce que nous appelons la gouvernance, ainsi que des solutions techniques.

Quels sont les défis à relever pour avancer avec l’OxC ?

Le plus grand défi n’est pas les agriculteurs ; c’est d’éduquer les experts techniques sur cette approche. Ils ont généralement l’habitude de fournir des solutions toutes faites, plutôt que de construire quelque chose de manière collaborative. À notre expérience, la plupart des techniciens apprécient vraiment l’approche OxC, mais comme les projets agroforestiers n’y investissent pas beaucoup, l’approche finit par être plus chronophage et plus gourmande en ressources.

Un autre défi est de faire fonctionner l’approche dans des projets à court terme et avec un financement limité. Il est essentiel que nous poursuivions le travail que nous avons commencé. Par exemple, nous tirons beaucoup de bénéfices de notre travail dans les parcelles de démonstration, car elles ne réussissent jamais que lorsque les agriculteurs y sont impliqués et intéressés – comme c’est le cas dans l’Ucayali et à San Martín au Pérou.

Les agences de coopération et les donateurs ont ici une opportunité : ces parcelles de démonstration sont l’avenir de la mise à l’échelle de l’agroforesterie en Amazonie péruvienne. Elles montrent la voie et serviront de références technologiques : centres d’apprentissage et d’innovation, d’échange d’expériences et d’inspiration pour les agriculteurs et les techniciens d’autres régions.

(Visited 1 times, 1 visits today)
Politique sur le droit d’auteur :
Nous vous autorisons à partager les contenus de Forests News/Nouvelles des forêts, qui font l’objet d’une licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). Vous êtes donc libres de rediffuser nos contenus dans un but non commercial. Tout ce que nous vous demandons est d’indiquer vos sources (Crédit : Forests News ou Nouvelles des forêts) en donnant le lien vers l’article original concerné, de signaler si le texte a été modifié et de diffuser vos contributions avec la même licence Creative Commons. Il vous appartient toutefois d’avertir Forests News/Nouvelles des forêts si vous republiez, réimprimez ou réutilisez nos contenus en contactant forestsnews@cifor-icraf.org.