Nouvelles

Le mécanisme de rémunération des services écosystémiques des forêts tient-il ses promesses ?

Les chercheurs ont examiné l'impact de la politique nationale sur les paiements des services écosystémiques des forêts (PSEF), menée dans le district A Luoi de la province vietnamienne de Thua Thien Hue.
Partager
0
Vue de la baie d’Ha Long depuis le Vietnam. Photo de Terry Sunderland/CIFOR

Sujets liés Articles

Une équipe de chercheurs a analysé les effets de la politique nationale portant sur les paiements des services écosystémiques des forêts (ou PSEF), appliquée dans un district au Vietnam.

Cette politique prévoit de rémunérer divers acteurs, dont les communautés locales, pour protéger la forêt.

L’équipe, composée d’un indépendant, de deux chercheurs du Centre de Recherche Forestière Internationale et du Centre International pour la Recherche en Agroforesterie (CIFOR-ICRAF) et de l’Université de l’Agriculture et des Forêts de Hue, révèlent les résultats mitigés des PSEF pour le district A Luoi de la province de Thua Thien Hue.

Si certains ménages interrogés indiquent une augmentation de leurs revenus depuis la mise en place du mécanisme PSEF en 2008, d’autres en revanche ont constaté un recul.

« Nos travaux montrent que l’impact des PSEF sur les communautés locales et les individus est limité du fait que la plupart des forêts sont gérées par l’État, ne laissant que 17,9 % de la rémunération aux petits exploitants; le reste est récupéré par les organismes gouvernementaux et les comités populaires des communes », commente Pham Thu Thuy, auteure principale des résultats de la recherche publiés dans la revue scientifique Forest and Society, et Chercheuse Senior  en charge de l’équipe Changement Climatique, Energie et Promotion d’un Développement à faible émission  de  carbone du CIFOR-ICRAF.

Dr Pham et son équipe ont découvert que les paiements PSEF contribuaient très peu aux revenus des ménages à hauteur de 2,64 % en moyenne du revenu total des ménages.

« Cette augmentation du revenu n’est pas révélateur d’une amélioration de la qualité de vie », ajoute-t-elle.    « Un grand nombre des ménages que nous avons interrogés ont déclaré ne pas pouvoir subvenir à leurs besoins essentiels, comme l’éducation ou les soins médicaux. De plus, ce supplément de revenu est assorti d’inconvénients, notamment la perte de l’accès aux ressources forestières, car le mécanisme restreint l’usage de la forêt. Cela suggère que les avantages et les inconvénients accompagnant l’application des PSEF ne sont pas entièrement compris. »

L’équipe des chercheurs a rédigé un ensemble de recommandations. En premier lieu, les mécanismes PSEF doivent être intégrés à un cadre plus large, où des mesures politiques et initiatives se complètent et se renforcent les unes les autres, par exemple sur le plan de la diversification des moyens de subsistance locaux, le développement des capacités techniques, l’amélioration de l’accès aux marchés.

Ensuite, l’adoption d’une « démarche de cogestion », ou d’allocation de terres boisées aux communautés locales, favoriserait une plus grande adhésion, renforcerait le régime foncier et augmenterait les revenus, produisant un levier plus puissant pour motiver les communautés à s’impliquer dans les PSEF.

Enfin, le renforcement des capacités et la promotion de processus participatifs dans les prises de décisions sont essentiels. Associés à des garanties et des mesures incitatives, ils peuvent assurer un usage durable des ressources forestières.

(Visited 1 times, 1 visits today)
Politique sur le droit d’auteur :
Nous vous autorisons à partager les contenus de Forests News/Nouvelles des forêts, qui font l’objet d’une licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). Vous êtes donc libres de rediffuser nos contenus dans un but non commercial. Tout ce que nous vous demandons est d’indiquer vos sources (Crédit : Forests News ou Nouvelles des forêts) en donnant le lien vers l’article original concerné, de signaler si le texte a été modifié et de diffuser vos contributions avec la même licence Creative Commons. Il vous appartient toutefois d’avertir Forests News/Nouvelles des forêts si vous republiez, réimprimez ou réutilisez nos contenus en contactant forestsnews@cgiar.org.