Partager
0

Sujets liés Articles

Nous avons beaucoup entendu parler d’initiatives ambitieuses de plantation d’arbres au cours des derniers mois. Aussi louables soient-elles, en fait nous les félicitons et saluons l’élan communautaire qui les sous-tend, il faut bien plus que des plantations d’arbres pour restaurer les paysages dégradés et sauver les forêts du monde.

À l’occasion de la Journée internationale des forêts, nous nous joignons aux Nations unies pour attirer l’attention sur la nécessité urgente d’une reconnaissance générale du rôle clé que jouent ces paysages arborés dans la lutte contre le changement climatique et dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), cibles visant à réduire la pauvreté.

Nous célébrons tous les biomes forestiers, qu’ils soient intégrés dans des systèmes agricoles efficaces, des tourbières naturelles, des forêts sèches et des mangroves. Les forêts « oubliées » qui méritent plus d’attention incluent les nuages tropicaux de montagne, les karsts et les forêts de kéranga.

Nous exhortons la communauté internationale à mettre en œuvre les changements robustes et systémiques nécessaires pour faire face aux conséquences dramatiques de la déforestation et de la dégradation, pour préserver les forêts intactes, gérer durablement les forêts secondaires, perturbées ou surpeuplées, augmenter les arbres dans les plantations, tout en restaurant des terres dégradées pour les biens mondiaux et les moyens de subsistance locaux.

Les cadres et les objectifs de haut niveau existent. Grâce aux ODD, à la Déclaration de New York sur les forêts, à l’Accord de Paris des Nations unies et à la Convention sur la diversité biologique, nous disposons de tout ce dont nous avons besoin pour déployer des transformations et réussir. Les espoirs pèsent maintenant lourdement sur la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes (2021-2030). Cette décennie fournira-t-elle la structure au sein de laquelle les gouvernements, les entreprises et les citoyens agiront dans un effort mondial pour compenser le réchauffement climatique avant qu’il ne soit trop tard ?

Mais nous ne devons pas oublier les personnes qui sont les plus proches des forêts. Nous devons approfondir notre dialogue avec les communautés qui vivent, travaillent et dépendent des forêts.

Non seulement les forêts sont les écosystèmes terrestres les plus diversifiés sur le plan biologique, mais elles abritent plus de 80 % des espèces terrestres d’animaux, de plantes et d’insectes et stockent de vastes quantités de carbone.

Considérez ceci : ces écosystèmes critiques contenant la moitié des espèces de plantes et d’animaux de la planète fournissent des moyens de subsistance à 1,6 milliard de personnes, dont plus de 2 000 cultures autochtones, qui dépendent des forêts pour la médecine, le chauffage, la nourriture et le logement.

Bien que les valeurs financières attribuées à la dégradation des terres, à la restauration des forêts et à d’autres données soient des projections et des estimations, nous savons que les ordres de grandeur sont valables.

La déforestation, la dégradation des terres et l’épuisement du capital naturel sont courants dans le monde entier, et on estime à 6,3 billions de dollars la perte annuelle de services écosystémiques. Cette valeur représente environ 10 % de l’économie mondiale.

Lorsqu’ils sont regroupés dans le « secteur de l’utilisation des terres », les systèmes agroforestiers fournissent plus de 95 % de la nourriture humaine, créent des emplois pour plus de la moitié des adultes et représente 30 % des émissions de gaz à effet de serre.

Et les arbres des forêts ou des plantations sont au cœur même des solutions basées sur la nature pour faire face à l’urgence climatique.

Les recherches menées par le CIFOR, l’ICRAF et d’autres organismes ont montré que non seulement les arbres des forêts et des champs séquestrent de grandes quantités de carbone, mais qu’ils fournissent également de la nourriture et des matériaux aux agriculteurs et aux forestiers, qu’ils renouvellent la fertilité des sols et leur stabilité, qu’ils protègent les bassins versants pour les consommateurs en aval et qu’ils sont l’acteur essentiel du cycle de l’eau de notre planète.

Et maintenant, alors que nous sommes confrontés à une urgence climatique, la communauté mondiale doit de toute urgence faire de meilleurs efforts pour reconnecter la prospérité humaine et la résilience des écosystèmes aux forêts et à l’agriculture.

Alors, comment y parvenir ?

Le monde a besoin de partenariats scientifiques, commerciaux, financiers et de développement pour entreprendre les transformations à grande échelle nécessaires et atteindre les objectifs mondiaux si onéreux élaborés au fil des ans.

Il existe cinq domaines dans lesquels des investissements peuvent être réalisés pour rajeunir les fonctions des écosystèmes dégradés. Ces investissements contribueront à protéger, à étendre et à valoriser les forêts et leur biodiversité, à transformer l’agriculture en systèmes pérennes et à mettre en place des chaînes de valeur durables, avec le soutien combiné des gouvernements et du secteur privé pour effectuer la transition vers des économies durables.

Tout d’abord, le financement de la transition exige un engagement ferme de la part de la communauté mondiale. Ce n’est pas l’argent qui manque. Les estimations indiquent que les gouvernements dépensent chaque année 1,8 trillion de dollars en dépenses militaires et plus de 5 trillions de dollars en subventions pour les combustibles fossiles, mais seulement environ 50 milliards de dollars pour la restauration des paysages.

Nous devons réaligner nos priorités.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’investissement nécessaire pour inverser la dégradation des terres dans le monde afin d’atteindre l’objectif du NYDF est de 830 milliards de dollars. La restauration de 350 millions d’hectares dans le cadre du défi de Bonn, un engagement pris lors des négociations de l’ONU sur le climat en 2014 dans le cadre du NYDF, est estimée à 360 milliards de dollars.

Il faut faire plus pour catalyser les fonds.

Comme l’ont souligné les participants en novembre au Forum mondial des paysages à Luxembourg, pour déclencher les investissements, il faut élargir la définition de la « richesse » afin d’inclure les actifs naturels et sociaux, une collaboration importante entre les secteurs public et privé et un changement systématique des chaînes d’approvisionnement et des systèmes financiers mondiaux.

Deuxièmement, l’agriculture doit être plus étroitement liée aux solutions climatiques. L’agriculture, la sylviculture et les autres secteurs d’utilisation des terres sont responsables d’un peu moins d’un quart des émissions de gaz à effet de serre générées par l’homme, principalement dues à la déforestation et à des sources agricoles telles que le bétail, les sols et la gestion des nutriments.

Pourtant, l’agroforesterie, si elle est définie par une couverture arborée supérieure à 10 % sur les terres agricoles, est très répandue : on la trouve sur plus de 43 % de toutes les terres agricoles du monde, où vivent 30 % des populations rurales, ce qui représente plus d’un milliard d’hectares de terres et jusqu’à 1,5 milliard de personnes.

Il doit être étendu, tant en termes de superficie que de diversité des espèces, pour aider les pays à atteindre les contributions déterminées au niveau national  (les objectifs de l’accord de Paris des Nations unies sur le changement climatique visant à réduire le réchauffement de la planète) à améliorer les moyens de subsistance, à renforcer la sécurité alimentaire et à pérenniser l’agriculture, en allégeant la pression sur les forêts naturelles.

Troisièmement, les mangroves et les tourbières sont des puits de carbone vitaux.

Les écosystèmes de mangrove sont reconnus pour leur capacité à stocker de grandes quantités de carbone et à protéger les côtes de l’érosion causée par l’activité océanique. Ils constituent également un tampon en capturant des sédiments riches en carbone organique, qui peuvent s’accumuler en même temps que l’élévation du niveau de la mer, selon les résultats des recherches des scientifiques du CIFOR.

Tout comme les mangroves, les tourbières ont un rôle important à jouer dans l’atténuation des effets du changement climatique, mais elles sont très menacées dans de nombreux pays du Nord et du Sud.

Par exemple, dans le bassin du Congo, les concessions sont en vente et la menace de drainage est réelle.  Les tourbières représentent plus de la moitié de toutes les zones humides du monde et elles équivalent à 3 % de la surface totale des terres et de l’eau douce.

Construites sur des milliers d’années à partir de débris végétaux pourris et gorgés d’eau, Wetlands International rapporte que 15 % des tourbières ont été drainées pour l’agriculture, la foresterie commerciale et l’extraction de carburant.

Lorsqu’elles sont drainées, elles s’oxydent et du carbone est libéré dans l’atmosphère, ce qui provoque un réchauffement de la planète.

Un tiers du carbone des sols et 10 % des ressources mondiales en eau douce sont stockés dans les tourbières, selon l’International Mire Conservation Group et l’International Peat Society.

Tout programme visant à réparer les forêts et les paysages doit garantir la protection, la réhumidification et la restauration des tourbières.

Quatrièmement, la restauration des paysages peut apporter des bénéfices impressionnants, allant jusqu’à 30 dollars pour chaque dollar investi, mais les investissements dans la restauration ont jusqu’à présent été maigres.

Parmi les étapes importantes de cet investissement transformateur, on peut citer la collaboration entre les bailleurs de fonds privés et publics, la réduction des risques et de l’incertitude pour les investisseurs, l’élaboration de meilleures mesures de la santé des paysages et la constitution d’un inventaire des technologies, des méthodes et des connaissances qui peuvent être étendues à plus grande échelle.

Cinquièmement, la diversité biologique est fondamentale pour l’existence de la vie sur Terre. Pour choisir l’exemple le plus évident, les cultures vivrières sont des plantes qui dépendent des pollinisateurs pour fleurir et fructifier. La valeur de ces cultures s’élève à près de 600 milliards de dollars par an.

La grande majorité des pollinisateurs sont sauvages, dont 20 000 espèces d’abeilles, et dépendent d’écosystèmes intacts, diversifiés et sains. Les insectes constitueront probablement la majorité de la perte future de biodiversité : jusqu’à 40 % de toutes les espèces d’invertébrés sont menacées d’extinction.

L’intégration d’une plus grande quantité et d’un plus grand nombre d’arbres, d’arbustes et d’autres espèces dans les exploitations agricoles fournira un habitat, des pollinisateurs, des prédateurs naturels et des sources de nourriture et de revenus.

Et alors ?

Nous savons que les solutions nécessaires pour sauver les forêts de la Terre passent par la restauration des terres et nous comprenons de plus en plus les conséquences d’un échec. La plantation d’arbres a incité de nombreuses personnes à prendre des mesures pour protéger et réhabiliter nos forêts. Ce qu’il faut maintenant, c’est un engagement financier pour que cela se fasse, et vite.

Nous nous souvenons des enseignements d’Elinor Ostrom (1933-2012), qui a remporté le prix Nobel de sciences économiques en 2009, qu’elle a partagé avec Oliver Williamson, “pour son analyse de la gouvernance économique, en particulier des biens communs”.

Grâce à ses recherches sur la gestion des terres communales, elle a bouleversé les perspectives traditionnelles dominantes du colonialisme. Elle nous a appris que les gens peuvent travailler ensemble pour façonner de manière durable et efficace l’utilisation des ressources naturelles, tant que les règles et les paramètres de base sont clairs et que ceux qui travaillent sur la terre sont impliqués. Elle a reconnu que les règles ne devraient pas être imposées sans consultation d’en haut par les gouvernements ou d’autres entités officielles pour atteindre le plus haut niveau de gestion réussie des terres.

Elle a présenté la formule du succès. Nous devons nous assurer que nous sommes à la hauteur en combinant les politiques de haut niveau avec les tactiques déployées par les gestionnaires de terres durables – les personnes qui vivent et travaillent dans les forêts. Nous devons travailler en permanence dans tous les secteurs pour obtenir des résultats complets.

Écoutez E. Ostrom : « Tant qu’une explication théorique fondée sur le choix humain pour les entreprises auto-organisées et autogérées ne sera pas pleinement développée et acceptée, les grandes décisions politiques continueront d’être prises en présumant que les individus ne peuvent pas s’organiser et doivent toujours être organisés par des autorités extérieures. »

Cette recherche fait partie du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l'agroforesterie, qui est soutenu par les Donateurs Fonds CGIAR.
Politique sur le droit d’auteur :
Nous vous autorisons à partager les contenus de Forests News/Nouvelles des forêts, qui font l’objet d’une licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). Vous êtes donc libres de rediffuser nos contenus dans un but non commercial. Tout ce que nous vous demandons est d’indiquer vos sources (Crédit : Forests News ou Nouvelles des forêts) en donnant le lien vers l’article original concerné, de signaler si le texte a été modifié et de diffuser vos contributions avec la même licence Creative Commons. Il vous appartient toutefois d’avertir Forests News/Nouvelles des forêts si vous republiez, réimprimez ou réutilisez nos contenus en contactant forestsnews@cgiar.org.