Partager
0

Sujets liés Articles

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 250 millions de personnes habitant dans et autour des forêts tropicales ou des savanes vivent avec moins de 1,25 dollar US par jour, et des millions d’autres dans le monde vivent dans la pauvreté dans les paysages forestiers ruraux.

Aider à sortir ces personnes de la pauvreté devrait être une « cause primordiale » de la foresterie, affirme S. Nambiar, qui croit qu’augmenter et soutenir la production durable de bois est une façon importante de le faire.

« Considérez le bois comme un important moteur de l’économie et de la conservation », dit S. Nambiar, qui est membre honoraire de l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO) à Canberra, et en 2014 a été nommé Officier de l’Ordre d’Australie (AO) pour sa contribution à la science forestière et à la gestion durable.

«C’est une erreur de penser que la gestion durable des forêts, y compris la récolte du bois, est en quelque sorte une valeur opposée à la conservation. Ce n’est pas le cas : la conservation et la gestion durable doivent et peuvent coexister. »

Le bois est « recyclable, renouvelable, polyvalent, solide et beau », dit-il, et il fait l’objet d’une demande croissante tant à l’international que dans les pays tropicaux, ce qu’il sait par expérience personnelle.

S. Nambiar a grandi dans une famille de la classe moyenne inférieure au Kerala, en Inde. Ses parents ne possédaient pas de table et lui et ses frères et soeurs faisaient leurs devoirs assis par terre. Mais dès que les revenus de la famille se sont améliorés, ses parents ont acheté un bureau en bois pour les travaux scolaires et une table à manger : « cette table à manger en bois symbolisait le fait que nous n’étions plus pauvres ».

« Dans toute société que je connais, lorsque les gens sortent de la pauvreté, bien qu’ils abandonnent le combustible de bois pour cuisiner, ils augmentent la quantité de bois qu’ils utilisent dans leur vie quotidienne », affirme S. Nambiar. « Ils utilisent plus de cahiers, de journaux, de mouchoirs, de meubles et de bureaux d’ordinateur, puis ils veulent des panneaux de bois dans le salon. La consommation de produits du bois par habitant augmente rapidement dans la plupart des pays en développement d’Asie et d’Afrique. »

En utilisant la technologie moderne pour implanter la transformation du bois in situ dans le paysage forestier-rural, la foresterie peut aider à combler le fossé entre les régions rurales et urbaines, avec un produit que tout le monde veut, et que tout le monde aime.

Sadanandan Nambiar

L’inégalité croissante

Mais à mesure que leurs économies se développent, de nombreux pays tropicaux boisés présentent de graves déficits en bois, explique S. Nambiar. L’Inde et l’Ethiopie, par exemple, produisent beaucoup moins de bois qu’ils n’en consomment et dépensent des millions de dollars pour l’importer.

Dans le même temps, les inégalités de revenu entre les populations rurales et urbaines s’étendent.

S. Nambiar voit une énorme opportunité d’améliorer les moyens de subsistance en milieu rural en aidant les pays tropicaux à améliorer la culture, la transformation et la commercialisation des produits en bois.

« En utilisant la technologie moderne pour localiser la transformation du bois in situ dans le paysage forestier-rural, la foresterie peut aider à réduire cette fracture entre un monde rural et urbain, avec un produit que tout le monde veut et qu’il aime. »

À certains endroits, cela pourrait signifier une foresterie à grande échelle, mais dans d’autres, ce que S. Nambiar voit comme un grand potentiel dans ce qu’il appelle les « petits producteurs. »

Je dis souvent aux gens : « Donnez-moi la pire partie de votre ferme, la partie érodée et bombardée avec des cratères partout depuis la guerre, et vous pourrez y cultiver du bois. »

Sadanandan Nambiar

« Dans de nombreux pays, il y a des zones de forêt dégradée et des terres défrichées à la lisière de la forêt. Ces terres peuvent être utilisées pour cultiver du bois, sans pour autant déplacer la production alimentaire. »

Il cite des exemples tirés de sa recherche collaborative au Vietnam, où 300 000 petits producteurs d’arbres, dont la plupart n’ont planté qu’un à cinq hectares, représentent la moitié de la production de bois d’acacia du pays, une industrie estimée à 1,35 milliard de dollars US.

« Je dis souvent aux gens : Donnez-moi la pire partie de votre ferme, la partie érodée et bombardée avec des cratères partout pendant la guerre, et vous pourrez y cultiver du bois. »

« Il est possible dans ces petites exploitations d’avoir une partie de la ferme allouée à la production de bois et le reste à la nourriture. En 7 ou 8 ans, vous pouvez cultiver de l’acacia, et parce que les gens n’ont pas à travailler sur les arbres tous les jours, ils peuvent aussi travailler à la ferme ou dans la scierie, ou comme casse-croûte et d’autres fournisseurs de services.

REDD+, le PSE et la promesse de la foresterie

S. Nambiar pense que le bois est devenu démodé dans les cercles forestiers mondiaux et que les dialogues se sont focalisés sur le rôle des forêts dans le stockage du carbone, ainsi que sur les Paiements pour services environnementaux (PSE) et REDD+ (un programme soutenu par l’ONU visant à réduire les gaz à effet de serre en indemnisant les pays en développement pour maintenir la position des forêts) ont attiré l’attention sur la recherche, les politiques et l’investissement.

Il est maintenant temps de remettre le bois au premier plan, dit-il.

« Ces dialogues mondiaux ont perdu de vue les gens, et nous avons perdu pendant deux décennies l’occasion d’utiliser la foresterie pour réduire la pauvreté. Il est vraiment nécessaire de réévaluer l’objectif de la foresterie et de placer au premier plan du débat ceux qui se trouvent au bas de la pyramide. »

Cela ne veut pas dire qu’il n’est pas préoccupé par les changements climatiques : ses effets risquent d’avoir des conséquences graves pour les plus pauvres de la planète et les forêts comptent parmi les meilleurs puits de carbone du monde.

Mais S. Nambiar ne pense pas que l’augmentation de la production et de l’utilisation du bois soit incompatible avec les objectifs de conservation et de carbone.

Nous n'arriverons pas à la conservation des forêts lorsqu'il y aura des millions de personnes piégées dans la pauvreté à proximité. C'est un match perdu.

Sadanandan Nambiar

Dans certaines circonstances, souligne-t-il, la production de bois peut contribuer à atténuer le changement climatique. Lorsque le bois est utilisé dans des produits durables comme les bâtiments et les meubles, il verrouille le carbone pendant des décennies et représente une fraction des émissions de gaz à effet de serre d’autres matériaux de construction populaires comme le béton.

« Le meilleur résultat est de récolter une partie de la forêt et d’utiliser ce bois pour des produits à longue durée de vie dans la construction, en remplaçant l’acier, l’aluminium et le béton à émissions élevées, pour lesquels la technologie est maintenant facilement disponible. »

Il voit aussi un rôle clé pour la conservation, mais dit que ce n’est pas suffisant en soi.

« La conservation de la forêt en soi ne mènera pas à la prospérité économique, et sans le développement économique, il ne peut y avoir de réduction de la pauvreté. Nous n’arriverons pas à la conservation des forêts alors qu’il y aura des millions de personnes piégées dans la pauvreté à proximité. C’est un match perdu. »

« Nous devons tenir la promesse de la foresterie, c’est-à-dire la science et l’art de gérer les forêts de façon durable pour la population. Cela exige un fondement économique pour la foresterie, en équilibre avec l’environnement et la conservation. »

L’article de Sadanandan Nambiar sera disponible en libre accès jusqu’en juillet 2020, ici.

(Visited 1 times, 1 visits today)
Politique sur le droit d’auteur :
Nous vous autorisons à partager les contenus de Forests News/Nouvelles des forêts, qui font l’objet d’une licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). Vous êtes donc libres de rediffuser nos contenus dans un but non commercial. Tout ce que nous vous demandons est d’indiquer vos sources (Crédit : Forests News ou Nouvelles des forêts) en donnant le lien vers l’article original concerné, de signaler si le texte a été modifié et de diffuser vos contributions avec la même licence Creative Commons. Il vous appartient toutefois d’avertir Forests News/Nouvelles des forêts si vous republiez, réimprimez ou réutilisez nos contenus en contactant forestsnews@cgiar.org.
Sujets liés Articles