Analyse

Combattre l’Alzheimer institutionnel

Partager
0

Sujets liés Articles

On dit que le côté positif de la maladie d’Alzheimer c’est que, tout le temps, vous visitez des endroits nouveaux et rencontrez des inconnus. Une bonne partie des agences d’aide au développement semblent avoir adopté ce mode de fonctionnement. Un turnover rapide des personnels, des efforts limités pour sauvegarder et partager l’information et des incitations importantes de recyclage d’idées éculées en innovations, tout cela empêche bon nombre de ces institutions de tirer les leçons du passé.

C’est pour cela qu’il est rassurant de voir que l’USAID (agence internationale d’aide au développement des USA) investit dans la revue exhaustive de tout ce qu’elle a financé en matière de forêts naturelles et de communautés lors des vingt-cinq dernières années. Le résultat est un rapport en trois tomes intitulé « USAID’s Enduring Legacy in Natural Forests: Livelihoods, Landscapes, and Governance » préparé par une équipe de Chemonics International dirigée par Robert Clausen et qui présente à la fois une vue d’ensemble et dix études par pays.

Dans les années 70s, les activités forestières de l’USAID étaient focalisées sur le bois de feu et la promotion de reboisements pour la gestion des bassins versants. Par la suite, l’émergence de la problématique de la déforestation a entraîné un basculement vers la conservation de la biodiversité et les aires protégées. Puis vint le temps des instruments de marché, comme la certification, de l’écotourisme et de la demande en produits forestiers non ligneux. Au cours du temps, les financements au profit des bureaucraties nationales se sont taris au profit des ONG et des collectivités locales. Si les auteurs du rapport sont écoutés, le lien entre ressource naturelles, démocratisation et prévention des conflits sera un point important de l’agenda.

Certaines choses sont pourtant constantes. Il est toujours important par exemple d’investir sur le long terme dans les forêts et de bien maîtriser les aspects techniques. Vous devez travailler avec des lieux, des exploitations, des forêts spécifiques mais en même temps ne pas perdre de vue le paysage alentour. Si personne n’investit dans l’étude et le suivi des forêts, de leurs biens et services, les données ne seront tout bonnement pas là quand il s’agira de prendre des décisions de gestion ou de réaliser des investissements. Les projets devraient aussi tenir plus compte des dimensions ethniques ou culturelles. Et, le meilleur pour la fin, il est toujours risqué d’ignorer ou de sous-estimer les conflits.

Les malades d’Alzheimer sont souvent gentils et bien intentionnés mais ils ne devraient pas tenir le devant de la scène. Si nous ne construisons pas notre mémoire institutionnelle nous continuerons à répéter les mêmes erreurs sous une autre forme ou un autre nom. Espérons que d’autres agences suivent l’exemple de l’USAID et investissent dans l’apprentissage de leur propre expérience.

 

(Visited 4 times, 1 visits today)
 

Lisez aussi

Pour obtenir une copie électronique gratuite au format pdf des trois tomes (en anglais), le résumé exécutif (anglais, espagnol, français) ou envoyer commentaires et questions aux auteurs vous pouvez écrire à Dave Gibson (DGibson@chemonics.com) ou Rob Clausen (rclausen@usaid.gov).

Les références complètes des trois tomes sont :

Clausen, R and A Hube. 2004. USAID’s Enduring Legacy in Natural Forests, Livelihoods, Landscapes, and Governance Volume 1, Study Summary, Washington D.C., Chemonics International.

Clausen, R, D Gibson, T Hammett, D Nduwumwami, L Rebugio, and J Seyler. 2004. USAID’s Enduring Legacy in Natural Forests, Livelihoods, Landscapes, and Governance Volume 2, Study Report, Washington D.C., Chemonics International.

Clausen, R., T Hammett, and J Seyler. 2004. USAID’s Enduring Legacy in Natural Forests, Livelihoods, Landscapes, and Governance Volume 3, Country Profiles, Washington D.C., Chemonics International.