À la Une

Faire émerger les approches paysagères sur le terrain

Un nouveau projet quinquennal du CIFOR mettra en pratique le concept d’‘approche paysagère’.
Des femmes transportent des paniers de coton fraîchement récolté près du village de Zorro au Burkina Faso, l’un des trois pays cibles du nouveau projet du CIFOR visant à opérationnaliser l’approche paysagère. Photo : CIFOR/Ollivier Girard

Sujets liés Articles

Les ‘approches paysagères’ visent à fournir des outils et des concepts pour allouer et gérer des terres afin d’atteindre des objectifs sociaux, économiques et environnementaux dans des zones où l’agriculture, l’élevage, l’exploitation minière et d’autres utilisations productives des terres concurrencent les objectifs environnementaux et de biodiversité.

Étant donné le vaste éventail de paysages sur la terre, une définition unique de l’‘approche paysagère’ est encore à élaborer, mais voici comment nous avons décrit son objectif et son but dans un document de recherche en 2013 : le terme peut être aussi élastique que les environnements en évolution et en développement dans lesquels il est censé être mis en œuvre – une approche paysagère est intrinsèquement un processus basé sur le contexte. En tant que tel, nous affirmons qu’il n’y a pas une approche unique du paysage, comme on le suppose souvent, mais un large éventail d’approches paysagères qui peuvent être appliquées dans des contextes géographiques, sociaux et institutionnels différents.

Dans une tentative de concilier des objectifs concurrents d’utilisation des terres, les approches paysagères sont devenues de plus en plus un discours dominant dans le lexique de la conservation et du développement. Il est désormais reconnu que des cloisonnements sectoriels doivent être surmontés pour lancer les voies de développement durable, en reconnaissant les interdépendances entre les secteurs opérant dans des paysages multifonctionnels – et les paysages tropicaux en particulier, qui voient perpétuellement des écarts entre la connaissance et la mise en œuvre et entre la politique et la pratique. Par conséquent, alors que le discours sur l’approche paysagère a continué d’évoluer, les tentatives de mise en œuvre – et en particulier d’évaluation – dans les tropiques n’en sont qu’à leurs balbutiements .

Des avancées significatives ont été réalisées dans la manière dont nous pensons aux approches paysagères, que ce soit en termes de cadres conceptuels, d’outils et de ressources méthodologiques, de revues de développement et de mise en œuvre théoriques ou de directives opérationnelles. Mais les mettre en œuvre et surveiller les progrès a été une autre histoire.

Le moment est venu de franchir cette nouvelle étape – tirer parti de cet élan et voir comment les approches paysagères peuvent fonctionner sur le terrain. Avec toutes les discussions sur leur potentiel, comment sont-elles mises en œuvre et dans quelle mesure sont-elles efficaces pour atteindre de multiples objectifs ?

Le Ministère fédéral allemand de l’environnement, de la conservation de la nature et de la sécurité nucléaire (BMUB) a récemment financé le Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR) et ses partenaires pour opérationnaliser des approches paysagères dans trois pays tropicaux – l’Indonésie, le Burkina Faso et la Zambie – sur une période de cinq ans. Dans ce travail, nous cherchons non seulement à utiliser des approches paysagères pour relever les défis dans les communautés de ces pays, mais aussi à observer le processus de mise en œuvre et l’adoption locale de telles approches. Nous prévoyons de transmettre nos résultats au fur et à mesure afin que d’autres puissent apprendre simultanément de notre travail.

   Des denrées alimentaires issues de la forêt sont exposées lors d'une foire alimentaire locale à Luwingu, en Zambie. CIFOR Photo/Joe Nkadaani
   Agathis Dammara à l'ouest de Java, en Indonésie - un habitat commun pour le singe javanais. CIFOR Photo/Ricky Martin

LE DÉFI À OPÉRATIONALISER

Les récentes conventions des Nations Unies sur la biodiversité, le changement climatique et le développement durable ont toutes appelé à des approches plus intégrées et durables de la gouvernance du paysage. Les dialogues sur les politiques internationales suppriment de plus en plus les antagonismes perçus entre les secteurs et facilitent un plus grand engagement entre la foresterie, l’alimentation, l’eau et l’énergie, avec également une reconnaissance accrue du rôle du secteur privé.

Cependant, l’adoption des approches paysagères dans les tropiques a été jusqu’à présent limitée, ce qui est probablement dû en partie à la faiblesse de la base factuelle démontrant son efficacité. Une revue récente n’a pas réussi à trouver un seul exemple éloquent d’une approche paysagère dans les tropiques, ou même seulement constaté dans la littérature scientifique. Cela ne veut pas dire qu’elles n’existent pas, mais peut-être que les efforts au niveau local manquent de capacité ou de motivation pour suivre les progrès et rapporter officiellement les résultats.

Ce projet cherchera à combler cette lacune puisque le CIFOR et ses partenaires joueront un rôle de médiateur dans les paysages du Burkina Faso, d’Indonésie et de Zambie. En mettant l’accent sur la contribution de la biodiversité et sur la mission d’engager les politiques, les pratiques et les personnes, nous faciliterons les plateformes multi-acteurs et nous identifierons les liens avec les structures institutionnelles existantes dans chacun des paysages. En travaillant avec les cadres existants et les informations accessibles au public (telles que les recensements, les données sur la santé et les revenus et l’imagerie de télédétection), nous espérons développer davantage un modèle permettant d’intensifier nos efforts qui pourrait être facilement adopté par les gouvernements, les ONG et d’autres institutions.

UNE QUESTION DE TEMPS

La nature à long terme du financement est une base cruciale pour cet effort car il représente une opportunité rare d’adopter l’état d’esprit passant du ‘projet au processus’ en examinant et en expliquant comment des processus dynamiques d’interactions sociales, politiques, économiques et environnementales travaillent dans le temps au sein de ces paysages.

À ce titre, au cours des cinq prochaines années, notre équipe de recherche a l’intention d’adopter deux composantes clés de la philosophie de l’approche paysagère. Premièrement, nous penserons au-delà des délais et des structures typiques du cycle de projet et nous deviendrons plus pleinement établis et intégrés dans les paysages cibles.

Deuxièmement, contrairement à de nombreuses approches antérieures, nous tenterons de faciliter une approche véritablement transdisciplinaire dans toutes les activités, de la conception et la mise en œuvre à la gouvernance et l’évaluation. Plutôt que d’avoir un agenda préconçu sur ce que le paysage et ses parties prenantes doivent satisfaire, nous nous engagerons avec une ouverture d’esprit ouvert et une série d’outils conçus pour renforcer l’engagement et l’action des parties prenantes, évaluer les divergences de perception et les objectifs des parties prenantes et en retour générer une meilleure compréhension des dynamiques du paysage. Ce n’est que là que nous pourrons renforcer la capacité des parties prenantes à faire des choix plus éclairés, à évaluer les progrès et à donner aux groupes précédemment marginalisés les moyens de participer plus efficacement aux processus de prise de décisions.

Enfin, nous espérons que ce processus contribuera non seulement à une base de données plus solide pour les approches paysagères mais améliorera également la capacité des parties prenantes et la durabilité du paysage dans les paysages cibles. Un objectif clé est de travailler de concert avec les parties prenantes du paysage afin de coconstruire une plateforme d’apprentissage partagée pouvant améliorer notre compréhension des dynamiques du paysage dans ces pays. Bien que nous ne soyons pas aveugles aux défis complexes liés à l’intégration de la conservation et du développement, nous nous engageons à mettre en œuvre et à rendre compte de ces approches et à élaborer une stratégie de diffusion inclusive avec nos collègues du Forum mondial sur les paysages. Nous espérons que les résultats positifs et négatifs qui en découleront contribueront à notre compréhension des conditions dans lesquelles les approches paysagères peuvent se développer et, par conséquent, éclaireront les futurs programmes factuels de recherche, de politique et de pratique.

Pour plus d'informations sur ce sujet, veuillez contacter Terry Sunderland à l'adresse courriel suivante terry.sunderland@ubc.ca ou James Reed à l'adresse courriel suivante j.reed@cgiar.org.
Cette recherche fait partie du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l'agroforesterie, qui est soutenu par les Donateurs Fonds CGIAR.
Cette recherche a été possible grâce à l'aide financière du fond du Ministère fédéral allemand de l'environnement, de la conservation de la nature et de la sécurité nucléaire (BMUB)
 
Sujets liés Articles