Analyse

Qui a dit « le crime ne paie pas » ?

Partager
0

Sujets liés Articles

Vous êtes fatigués de perdre de l’argent en bourse ? Pourquoi ne saisiriez-vous pas l’opportunité de faire fortune en vendant des animaux protégés de la Selva Maya dans le Chiapas mexicain ?

Ce n’est pas la peine de vous inquiéter d’être pris sur le fait. Les agents gouvernementaux ennuient rarement, voire jamais, les gros trafiquants. De temps à autre ils arrêtent bien quelques pauvres fermiers mais, même dans ce cas, un pourcent seulement de ceux qui sont arrêtés finissent par payer une amende.

Si le commerce des animaux protégés ne vous inspire pas, vous pouvez aussi transporter du bois coupé illégalement de la province indonésienne de West Papua. Chaque bateau peut vous rapporter jusqu’à 100 000 dollars de profit! Bien qu’un cargo grumier plein de bois soit plutôt visible, la police ne détecte que trois pourcents de tous les bateaux transportant illégalement du bois. Comme par ailleurs, 80 pourcents de ceux qui se font prendre ne paient jamais d’amendes et que pour les rares qui paient l’amende classique tourne autour de 1 000 dollars….

Vous pouvez aussi faire de substantiels bénéfices à partir de petites exploitations illégales de bois dans la forêt atlantique de Bahia au Brésil ou d’activités de pêche illégale à Palawan aux Philippines. Investisseurs, notez-le : le crime « environnemental » paie !

« Strengthening the Weakest Links, Strategies for Improving the Enforcement of Environmental Laws Globally » par Anita Akella et Jim Cannon de Conservation International explique pourquoi.

Les lois et les procédures sont souvent équivoques. Les officiels chargés de leur mise en application sont mal payés, mal formés, mal équipés et bien souvent corrompus. Ils travaillent rarement de concert avec les procureurs et les juges. Une grande partie du corps judiciaire ne comprend d’ailleurs pas grand-chose aux lois et problèmes environnementaux et est bien plus attentive aux vols et homicides. Personne ne surveille réellement ce qu’il advient des quelques cas qui entrent dans le système ou ne met en place de véritables stratégies pour atteindre des résultats.

En face de ce tableau, une bonne partie des gens raisonnables abandonnerait par désespoir. Espérons, cependant, que cela ne sera pas le cas. Il est difficile d’avoir l’espoir de protéger les forêts et la faune qui en dépend si nous ne pouvons pas mettre en application quelques lois et réglementations essentielles. Les Marchés, tous seuls, ne vont pas le faire.

Pour améliorer l’application des lois, il faut renforcer l’ensemble du système. Cela demande de nouvelles règles et procédures, plus d’argent et de formation, une plus grande transparence et surtout une surveillance systématique. Les hors-la-loi doivent être jugés et punis, pas simplement arrêtés. Les étapes qui suivent les arrestations constituent bien souvent le maillon faible de la chaîne. Les lois doivent être plus réalistes et appliquées de façon plus équitable. Les foyers qui dépendent d’une manière ou d’une autre de l’illégalité doivent pouvoir compter sur des revenus alternatifs, le public doit comprendre pourquoi il est important de lutter contre le crime environnemental et des progrès doivent être faits dans la réduction de la demande en produits illégaux. Cela ne va pas se faire du jour au lendemain mais nous devons trouver un moyen de faire payer les criminels pour que le crime ne paie plus.

(Visited 19 times, 1 visits today)
 

Lisez aussi

Pour obtenir une copie électronique gratuite de l’article au format PDF, vous pouvez aussi la demander à Ingrid Neubauer ( mailto:i.neubauer@conservation.org )

Pour envoyer vos commentaires ou questions aux auteurs, vous pouvez écrire à Anita Akella ( mailto:a.akella@conservation.org ) ou Jim Cannon ( mailto:j.cannon@conservation.org )

La référence complète de l’article est: Akella, A.S. and J.B. Cannon. 2004. "Strengthening the Weakest Links: Strategies for Improving the Enforcement of Environmental Laws Globally." Washington, DC: Conservation International -- Center for Conservation and Government, September 2004.