Analyse

N’accusez donc pas les chinois !

Partager
0

Sujets liés Articles

La vitesse et l’ampleur de l’accroissement des importations de produits forestiers par la Chine sont tout bonnement incroyables. Elles ont grimpé de 6 milliards de dollars en 1996 à 16 milliards en 2005 et un doublement est encore prévu à l’horizon 2015. Cette croissance débridée a provoqué l’image de l’effondrement de l’environnement mondial sous les coups de boutoir d’un milliard et demi de chinois tout à coup joignant les rangs des classes moyennes. Beaucoup ont utilisé l’image de l’aspirateur géant chinois aspirant toutes les forêts du monde.

Cette même logique a entraîné bon nombre de personnes à accuser les chinois pour le « boum » actuel de l’exploitation illégale en Indonésie, Myanmar, Papouasie Nouvelle Guinée et dans l’est de la Russie ; tous pays qui exportent presque tout leur bois sur la Chine. Les tenants de la conservation se sont inquiétés de ce que leurs efforts pour assurer que les produits forestiers qui entrent en Europe et en Amérique du Nord soient d’origine légale et durable étaient condamnés à l’échec tant que les chinois ne verraient de problème à acheter des produits moins politiquement corrects.

Un rapport récent de Forest Trends, CIFOR et du Centre for Chinese Agricultural Policy montre que les choses ne sont si simples. En fait les exportations chinoises ont grimpé aussi vite que leurs importations bondissant de 4 milliards de dollars en 1997 à 17 milliards en 2005. De plus le volume exporté est sensiblement équivalent à 70% du volume importé, ce qui veut dire que le bois qui entre la Chine, en ressort quasi totalement sous forme transformée. La Chine semble donc plutôt être une immense usine de transformation qu’un aspirateur géant !

Les principaux importateurs de mobiliers, contreplaqués et autres produits forestiers chinois sont les Etats-Unis et l’Europe. Les USA seuls représentent 35% des exportations chinoises de produits à base de bois et les importations de produits forestiers depuis la Chine ont augmenté de 1000% entre 1997 et 2005. L’Europe est le second plus gros importateur avec des échanges en augmentation de 800% pour la même période.

Ceci montre bien que les américains et les européens sont ceux qui utilisent la plus grande partie du bois. Cela veut aussi dire qu’ils sont bien placés pour agir contre les activités illégales et l’exploitation non durable en faisant de sorte que leurs fournisseurs chinois ne délivrent pas de produits d’origines douteuses.

Les récentes législations européennes sur les achats publics de produits forestiers qui visent à s’assurer que les gouvernements n’achètent pas de bois de sources illégales peuvent y aider. Il reste néanmoins beaucoup à faire. Plutôt que de se limiter à blâmer les chinois, les pays qui consomment tous ces produits devraient se prendre par la main et agir !

 

(Visited 19 times, 1 visits today)
 

Lisez aussi

Pour obtenir une copie gratuite du rapport vous pouvez écrire à Kerstin Canby (kcanby@forest-trends.org)

Pour envoyer vos commentaires ou questions vous pouvez écrire à Andy White (awhite@rightsandresources.org)

La référence complète du rapport est : A. White, X. Sun, K. Canby, J. Xu, C. Barr, E. Katsigris, G. Bull, C. Cossalter, and S. Nilsson. 2006. China and the Global Market for Forest Products: Trends, Implications, and Steps to Transform the Trade to Benefit Forests and Livelihoods, Washington D.C.: Forest Trends, Center for International Forestry Research, and Chinese Center for Agricultural Policy.