Analyse

Des concessions à une mauvaise gestion forestière au Cambodge?

Partager
0

Sujets liés Articles

Entre 1994 et 1997 le gouvernement cambodgien allouait trente concessions forestières couvrant un peu plus de la moitié des forêts du pays (6,5 millions d’hectares). Certaines de ces concessions ont été annulées depuis par le gouvernement mais la politique forestière de celui-ci reste centrée sur celles qui fonctionnent encore. La Banque Mondiale et d’autres bailleurs de fonds ont fortement poussé pour faire en sorte que les concessionnaires gèrent durablement leurs forêts et paient un peu plus de taxes. Malheureusement d’après « Questioning Sustainable Concession Forestry in Cambodia » par Bruce McKenney du « Cambodian Development Resource Institute », il s’agit pour l’essentiel d’un échec.

McKenney dit que la plupart des sociétés continuent d’exploiter aussi vite que possible les essences de valeur. Elles ne respectent pas la rotation de vingt-cinq ans prévue dans la législation. Dans moins de huit ans près de 90% des sociétés auront exploité la totalité de leur concession. Bien que la plupart des organisations internationales recommandent un prélèvement moyen inférieur à dix mètres-cubes, celui-ci est quatre ou cinq fois plus important dans la réalité.

Il s’est avéré difficile de changer ces pratiques dans la mesure où elles assurent de gros profits tout en minimisant les risques pour les sociétés. Les capacités de transformation de celles-ci représentent entre 1,3 et 2 millions de mètres-cubes et elles essayent en général de tourner à plein régime bien que l’on sache que le pays ne peut fournir de telles quantités de bois de façon durable.

Les diverses agences internationales ont aussi découvert qu’il était plus difficile que prévu d’augmenter les revenus du gouvernement par les taxes forestières. Initialement, elles comptaient générer cent millions de dollars US par an. En réalité, entre 1996 et 2000 le total des taxes perçues n’a jamais dépassé douze millions par an.

Compte tenu de l’échec de la politique concessionnaire vis-à-vis de la gestion durable des forêts ou de l’augmentation des revenus publics, McKenney suggère d’autres options. Il écrit que le gouvernement devrait terminer les concessions des sociétés qui ne respectent pas la loi et utiliser les forêts ainsi récupérées pour a foresterie communautaire, la gestion des bassins versants, de l’éco-tourisme et la conservation de la biodiversité.

(Visited 30 times, 1 visits today)
 

Lisez aussi

Vous pouvez télécharger une copie électronique gratuite du papier de McKenney sur http://www.cdri.org.kh/webdata/cdr02-1/cdr6-1a.pdf.

En cas de difficultés avec le site précédent ou pour envoyer vos commentaires à l’auteur, vous pouvez écrire à Bruce McKenney à mailto:bruce@cdri.forum.org.kh.