L’école construite par les arbres

L'éducation environnementale porte ses fruits dans le Paysage de Yangambi (YEL), en RDC
Partager
0
Deux enfants plantent un arbre à Yangambi, en République démocratique du Congo. Photo d’Axel Fassio/CIFOR-ICRAF

Sujets liés Articles

Jusqu’à récemment, le complexe scolaire Bilaka, dans le Paysage de Yangambi (YEL), province de la Tshopo en République démocratique du Congo (RDC), n’était pas particulièrement résistant au climat. Ses structures en boue et en bambou ne résistaient pas aux fortes pluies et aux vents violents et devaient être réparées ou reconstruites chaque année.

L’école a alors créé sa propre pépinière et sa propre ferme agroforestière, avec l’aide de l’équipe d’éducation environnementale du Centre de recherche forestière internationale et du Centre International de Recherche en agroforesterie (CIFOR-ICRAF). “Nous avons élevé des plantes d’acacia pour les vendre, et lorsqu’elles ont été prêtes pour le marché, CIFOR-ICRAF les a achetées”, explique Faustin Elanga, le promoteur de l’école.

“Nous leur avons demandé de nous payer en briques plutôt qu’en espèces, et c’est ainsi que nous avons obtenu les 1000 premières briques pour commencer la construction de notre nouveau bâtiment”, a-t-il ajouté. “Plus tard, nous avons ajouté 4 000 briques provenant des revenus de l’école, et c’est ainsi que nous avons construit la nouvelle structure. Qui aurait pu imaginer qu’une leçon en classe puisse se transformer en un bâtiment scolaire entièrement neuf ?

L’éducation environnementale acquise grâce à cette intervention est extrêmement précieuse, a-t-il déclaré.  “J’avais l’habitude d’enseigner aux enfants une ou deux choses sur la protection de l’environnement, mais ce n’était pas aussi approfondi que ce qu’ils apprennent avec les équipes du CIFOR-ICRAF, et ce qui est bien, c’est qu’ils peuvent mettre en pratique tout ce qu’ils apprennent ici même, sur le campus.”

Elanga a déclaré qu’il restait encore beaucoup à faire dans son école, et que ces premières étapes avaient posé des bases solides. Pour l’avenir, il envisage de créer un étang à poissons pour développer les activités génératrices de revenus de l’école, ce qui permettra de construire davantage de salles de classe pour accueillir le nombre croissant d’élèves.

Un paysage qui mérite d’être aimé

Le paysage d’engagement de Yangambi longe le fleuve Congo et se fond dans le bassin du Congo pour former l’une des zones les plus écologiquement biodiversifiées au monde. La région possède un vaste couvert forestier et est habitée par des communautés locales et autochtones riveraines, dont les moyens de subsistance dépendent entièrement des ressources naturelles de la région.

Malgré cette apparente abondance, les forêts et la biodiversité de la région sont menacées principalement par des pratiques agricoles non durables à petite échelle, avec leur corollaire d’activités telles que la chasse excessive, les feux de brousse et la fabrication de charbon de bois, qui entraînent la déforestation et la dégradation des forêts.

Afin de réduire la pression humaine sur ces ressources naturelles et de garantir la position des communautés locales en tant que bénéficiaires et gardiennes de la nature, CIFOR-ICRAF travaille dans le paysage sur des programmes d’éducation environnementale qui aident les communautés à développer des compétences pour étudier et évaluer les changements environnementaux, et prendre des décisions éclairées pour aider à protéger leur environnement.

En collaboration avec les autorités scolaires, les enseignants et les élèves du primaire et du secondaire, les équipes sur le terrain assurent l’échange de connaissances et la transmission de compétences en matière de protection de l’environnement par le biais d’un certain nombre d’approches, notamment des jeux scolaires tels que des jeux de rôle, des exercices de groupe et des simulations, ainsi que des projets scolaires sous la forme de pépinières, de vergers scolaires et de fermes scolaires agroforestières. Ces cadres expérimentaux permettent aux élèves de mettre en pratique les leçons enseignées lors des séances de sensibilisation et des cours en classe.

 

Faustin Elanga (à gauche) se tient devant le nouveau bâtiment scolaire avec un autre enseignant. Photo de Noella Ngunyam/CIFOR-ICRAF.

Grandir, ensemble

Outre le complexe scolaire Bilaka, un grand nombre d’écoles de la région profitent de ces programmes. Rien que cette année, les équipes d’éducation environnementale dans le Paysage de Yangambi ont sensibilisé plus de 1 000 élèves, enseignants et parents aux questions environnementales dans les écoles et les communautés de la région. Elles ont également soutenu la culture de plus de 1 400 mandariniers et orangers, de plus de 500 avocatiers, de 300 cocotiers et de 2 000 acacias dans les pépinières scolaires de la région.

Deux écoles ont installé des systèmes de collecte des eaux de pluie pour garantir l’accès à l’eau, faciliter l’arrosage des jeunes plants et contribuer à l’assainissement. Huit écoles ont créé de nouveaux champs agroforestiers, et près de 1 000 arbres fruitiers et environ 250 plants d’acacias ont été transplantés des pépinières vers les vergers et les champs agroforestiers des écoles.

Ces activités ont permis aux écoles de vendre un total combiné de plus de 400 plants d’avocatiers, 1 000 acacias, 420 orangers, 30 cocotiers et environ 200 kilogrammes de cultures vivrières (soja, arachides et maïs) à partir de leurs pépinières et de leurs fermes. Les bénéfices des ventes ont permis aux écoles de se procurer des matériaux tels que des tôles pour refaire leurs toitures, de nouveaux bancs pour les salles de classe et du matériel pédagogique comme des tableaux et des boîtes de craie, entre autres.

“Avec des résultats aussi favorables générés par la mise en œuvre du programme, les écoles de Yangambi peuvent mieux garantir des revenus durables pour leurs opérations en mettant en œuvre des projets et des activités d’éducation environnementale testés et approuvés, tout en contribuant à la formation de la prochaine génération d’acteurs environnementaux conscients dans le paysage”, a déclaré Cédric Ulyel, membre de l’équipe d’éducation environnementale du CIFOR-ICRAF.

……………………………………………………………………………………………….

À propos du Paysage de Yangambi : Depuis 2007, CIFOR-ICRAF travaille dans le Paysage de Yangambi (YEL) pour faire avancer la recherche forestière et agroécologique, le développement local et la conservation. Notre objectif est de soutenir l’esprit entrepreneurial, l’innovation, la recherche et la gestion des ressources naturelles afin de transformer le Paysage d’engagement de Yangambi en un lieu où les forêts contribuent au bien-être durable des communautés locales.

 L’article ci-dessus est produit dans le cadre du projet Formation, Recherche et Environnement dans la Tshopo II (FORETS II) mis en œuvre par CIFOR-ICRAF et financé par l’Union européenne dans le YEL, qui vise des objectifs spécifiques de conservation et de valorisation de la biodiversité, tout en contribuant au développement durable des populations locales à travers des activités de sensibilisation, de vulgarisation et d’encadrement, mais aussi de renforcement des ressources humaines nationales pour une meilleure protection des forêts, notamment à travers une formation universitaire formelle de type LMD.

Pour plus d’informations, consultez les sites www.cifor-icraf.org/yangambi-engagement-landscape/ et www.yangambi.org/.

 

 

(Visited 1 times, 1 visits today)
Politique sur le droit d’auteur :
Nous vous autorisons à partager les contenus de Forests News/Nouvelles des forêts, qui font l’objet d’une licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). Vous êtes donc libres de rediffuser nos contenus dans un but non commercial. Tout ce que nous vous demandons est d’indiquer vos sources (Crédit : Forests News ou Nouvelles des forêts) en donnant le lien vers l’article original concerné, de signaler si le texte a été modifié et de diffuser vos contributions avec la même licence Creative Commons. Il vous appartient toutefois d’avertir Forests News/Nouvelles des forêts si vous republiez, réimprimez ou réutilisez nos contenus en contactant forestsnews@cifor-icraf.org.