« Menaces existentielles », sévères avertissements et espoir dans le cadre des ‘Perspectives foncières mondiales’ des Nations Unies

Restaurer 35 pour cent de la surface terrestre
Partager
0
Plantation d’Acacia Sénégal en saison sèche aux encablures de la ville de Garoua dans le Nord Cameroun. Arnauld Chyngwa/CIFOR

Sujets liés Articles

« À aucun autre moment de l’histoire moderne, l’humanité n’a été confrontée à un tel éventail de risques et de dangers familiers et inconnus interagissant dans un monde hyperconnecté et en évolution rapide », a déclaré Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), dans une déclaration lors du lancement de la seconde édition du rapport sur les Perspectives Foncières Mondiales.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de sous-estimer l’ampleur et l’impact de ces menaces existentielles », a-t-il déclaré.

Lancées à l’approche du sommet de la CNULCD – COP15 à Abidjan, les perspectives indiquent que jusqu’à 40% des terres de la planète sont dégradées, affectant directement la moitié de l’humanité et menaçant environ la moitié du produit intérieur brut mondial ($44 trillion).

Le rapport présente ensuite trois scénarios de la trajectoire de dégradation des terres jusqu’en 2050. Dans un scénario de statu quo, une zone de la taille de l’Amérique du Sud continuera de se dégrader, ce qui aura de graves répercussions sur les émissions de carbone, la biodiversité et la productivité agricole. Ainsi, « le statu quo n’est pas une voie viable pour notre survie et notre prospérité », a déclaré Thiaw. « La conservation, la restauration et l’utilisation des terres de façon durable est la perspective globale. Cela nécessite/appelle des actions sur la crise. »

Ermias Betemariam, chercheur en santé des sols au Centre International de Recherche Forestière et au Centre International de recherche en agroforesterie (CIFOR-ICRAF) qui faisait partie du comité de pilotage de la rédaction de ce rapport, a également souligné l’importance de la relation homme-environnement dans leurs résultats.

« Les lecteurs reconnaîtront le rôle clé de la terre pour les populations et la nature », a-t-il déclaré. « Le rapport souligne très clairement que nous avons besoin d’actions plus rapides et meilleures pour prévenir, réduire et restaurer la dégradation des terres. »

A quoi pourrait donc ressembler une action nécessaire et urgente ? Selon le rapport, si nous restaurons 35% de notre superficie terrestre – Ce qui correspond à 5 milliards d’hectares, cela fait cinq fois la superficie mondiale ciblée actuellement pour la restauration – la productivité agricole augmentera, tandis que les stocks de carbone augmenteront en raison des gains de carbone dans le sol et de la réduction des émissions totales.

La capacité de rétention d’eau du sol augmentera de 4 pour cent sur les terres en cultures pluviales, et tandis que la biodiversité continuera de décliner, 11 pour cent des pertes de biodiversité sera évitée.

« Investir dans la restauration des terres à grande échelle est un outil puissant et efficient/efficace pour lutter contre la désertification, l’érosion des sols et la perte de production agricole », a déclaré Thiaw. « En tant que ressource fixe et notre patrimoine naturel le plus précieux, nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à prendre les terres pour acquises. »

Mieux encore, si nous restaurons les terres dégradées et conservons les zones naturelles clés, 83 gigatonnes de carbone supplémentaires seraient stockées par rapport au niveau de référence, ce qui équivaut actuellement à plus de sept ans d’émissions mondiales totales.

Environ un tiers de la perte de la biodiversité prévue dans l’étude de référence serait évitée et 4 millions de kilomètres carrés supplémentaires de zones naturelles (de la taille de l’Inde et du Pakistan) seraient gagnés, avec les plus fortes augmentations attendues en Asie du Sud et du Sud-Est ainsi qu’en Amérique latine.

« La terre est le lien opérationnel entre la perte de la biodiversité et le changement climatique, et doit donc être l’objectif principal de toute intervention significative pour faire face à ces crises entrelacées », a déclaré Andrea Meza Murillo, Secrétaire exécutive adjointe de la Convention.

« La restauration des paysages et des sols dégradés fournit un terrain fertile qui permet de prendre des mesures immédiates et concertées. »

Le rapport a révélé que les retombées économiques de la restauration des terres et de la réduction de la dégradation, des émissions de gaz à effet de serre et de la perte de la biodiversité seraient immenses – jusqu’à $125 ou $140 trillion par an.

Les investissements nécessaires pour ce faire seraient minimes par rapport aux $700 annuels de subventions perverses accordées aux industries des combustibles fossiles et de l’agriculture : pour respecter les promesses actuelles de restauration d’un milliard d’hectares au cours de la prochaine décennie, par exemple, il faudrait réutiliser seulement $1.6 trillion de cette somme.

Étant donné que la Décennie des Nations Unies pour la restauration (2021-2030) vient de commencer, Thiaw espère qu’un tel changement sera opportun et réalisable.

« Le moment est venu d’exploiter la volonté politique, l’innovation et l’action collective pour restaurer nos terres et nos sols en vue d’un rétablissement à court terme et d’une régénération à long terme afin d’assurer un avenir plus stable et plus résilient », a-t-il déclaré.

(Visited 1 times, 1 visits today)
Pour plus d'informations sur ce sujet, veuillez contacter Ermias Betemariam à l'adresse courriel suivante e.betemariam@cgiar.org.
Politique sur le droit d’auteur :
Nous vous autorisons à partager les contenus de Forests News/Nouvelles des forêts, qui font l’objet d’une licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). Vous êtes donc libres de rediffuser nos contenus dans un but non commercial. Tout ce que nous vous demandons est d’indiquer vos sources (Crédit : Forests News ou Nouvelles des forêts) en donnant le lien vers l’article original concerné, de signaler si le texte a été modifié et de diffuser vos contributions avec la même licence Creative Commons. Il vous appartient toutefois d’avertir Forests News/Nouvelles des forêts si vous republiez, réimprimez ou réutilisez nos contenus en contactant forestsnews@cgiar.org.