Une association de femmes de la RDC prend en charge l’avenir, en soutenant les autres à faire de même

Tester l’agroforesterie alternative, stimuler l’éducation
, Monday, 11 Apr 2022
Membres de l’association des femmes Akili ni mali dans leur parcelle agricole, Yanonge, RDC. Photo: Axel Fassio

Akili ni mali – la traduction en swahili de « savoir est richesse », est le nom adopté par une association locale de femmes à Yanonge en République démocratique du Congo.

Dirigée par sa présidente Helen Fatoum, l’association regroupe 20 femmes qui exercent diverses activités, de l’agriculture au commerce.

L’association Akili ni mali a été créée en 2014 en réponse aux défis économiques auxquels les femmes et leurs familles étaient confrontées, notamment les faibles rendements agricoles, les faibles revenus et les taux d’emprunt élevés des institutions financières locales.

Les femmes ont décidé de former un groupe, d’acheter des terres agricoles, puis de vendre les produits sur le marché local.

Au départ, les récoltes ne reflétaient pas l’ampleur de leurs efforts, cependant, et même lorsqu’ils ont élargi la portée de leurs activités – en ajoutant de la pisciculture en cours de route – leurs revenus n’ont pas augmenté aussi rapidement que leurs attentes.

En 2017, des représentants du Centre de recherche forestière internationale et du Centre international pour la recherche en agroforesterie (CIFOR-ICRAF) ont rencontré des membres d’Akili ni mali à Yanonge, dans le cadre d’un vaste ensemble d’interventions à long terme dans la région connue sous le nom de Yangambi Engagement Landscape.

Grâce à de multiples activités soutenant le développement de chaînes de valeur locales plus rentables et durables, le CIFOR-ICRAF a travaillé avec Akili ni mali depuis, sur des questions aussi variées que l’amélioration des techniques agricoles et agroforestières, la comptabilité et l’octroi de prêts pour aider au développement de leurs entreprises.

Moyens de subsistance améliorés

“Nous plantions beaucoup de manioc et de maïs, mais la récolte n’était pas suffisante pour nous soutenir tous, a déclaré Fatoum. “Notre première pisciculture ne nous a pas donné autant de poisson que nous l’avions espéré. Lorsque nous avons commencé à apprendre et à appliquer les nouvelles connaissances et techniques, les récoltes ont augmenté régulièrement et nos produits se sont facilement retrouvés sur le marché local parce que nous étions en mesure de vendre à des prix concurrentiels. »

En raison de la vente de leur ferme et de leurs produits de la pêche, l’association a décidé d’améliorer la qualité de vie de ses membres. À chaque récolte, un pourcentage du profit était mis de côté pour acheter des articles ménagers comme des lits, des matelas, des chaises et des articles de cuisine pour ses membres.

“Avant que je rejoigne l’association, mes enfants n’étaient pas inscrits à l’école”, a déclaré Angel Likoma, membre de l’association. “Maintenant, du profit que je fais avec mes sœurs du groupe, je peux envoyer mes trois enfants à l’école.”

Effet d’entraînement

L’éducation formelle a toujours été un domaine d’intérêt pour Fatoum et a été l’une des inspirations qui ont conduit à la naissance de l’association. Beaucoup de femmes à Yanonge n’ont pas d’options pour l’éducation formelle et dépendent fortement du revenu de leurs maris. Fatoum a toujours cru que si les femmes ont accès à une éducation et à des compétences plus formelles, elles pourront contribuer au bien-être de leur famille et de leur communauté.

Pour que sa croyance se réalise, Fatoum a identifié certains membres de l’association qui avaient un niveau minimum d’éducation formelle et a décidé qu’un pourcentage supplémentaire des bénéfices agricoles serait utilisé pour payer des études supérieures.

L’un des bénéficiaires de cette initiative est Aminata Kombozi, 25 ans. Après avoir divorcé de son mari à Kisangani, sans revenu, Kombozi a décidé de retourner au village de ses parents à Yanonge.

Elle a rapidement rencontré les membres d’Akili ni mali qui ont décidé de financer ses études dans un établissement d’enseignement supérieur où elle a obtenu le premier et unique diplôme d’ingénieure agronome en tant que femme dans la région.

« Je n’aurais jamais imaginé aller aussi loin dans mon éducation. Je n’oublierai jamais cette opportunité qui m’a été donnée par les Akili ni mali”, a déclaré Kombozi.

Sa réussite éducative a semé un germe de possibilités au sein des autres membres de l’Akili ni mali et en août de l’année dernière, un programme d’école pour adultes a été lancé dans l’association – parrainé par un autre pourcentage des profits réalisés par leurs fermes et entreprises en croissance.  Les membres ont identifié un enseignant à la retraite dans la communauté qui offre des leçons pratiques en français touchant aux activités du groupe. Deux fois par semaine, les femmes apprennent à se présenter, à décrire leurs activités et à identifier les espèces végétales et les objets qui les entourent en français.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle avait commencé l’école pour adultes, Fatoum a répondu : « Nous voulons être en mesure de dire aux autres ce que nous avons appris et comment cela a changé nos vies par nos propres voix. Le CIFOR-ICRAF quittera notre communauté un jour. Si nous ne comprenons pas les connaissances qui nous sont données, ce que nous savons maintenant pourrait disparaître avec le temps. »

Assurer la durabilité

Dans son action globale pour accroître la disponibilité de cultures et de sources de protéines animales produites de manière durable – une déclinaison locale de l’approche paysagère plus large dans la région – Les équipes du CIFOR-ICRAF et leurs partenaires travaillent avec les entrepreneurs locaux et les aident à adopter des moyens de subsistance alternatifs pour enrichir les régimes alimentaires locaux, tout en abandonnant les modèles non durables favorisant la surexploitation des ressources forestières.

Les individus locaux, les communautés et les associations formelles occupent une place centrale dans cette approche qui favorise l’engagement et la participation, soutenant les activités à long terme. Depuis le début, les bénéficiaires ont été encouragés à s’approprier les activités par le biais de programmes axés sur les performances, tandis que le CIFOR-ICRAF apporte son soutien par le biais de suivis et d’évaluations fréquents.

À intervalles réguliers, à quelques kilomètres des champs d’Akili ni Mali, les équipes du CIFOR-ICRAF accueillent également les agriculteurs et les membres de l’association dans leur ferme pilote de Yanonge, où les participants peuvent voir et tester diverses approches et techniques, y compris la façon de produire et d’appliquer des biopesticides, ou la façon de produire et de mélanger le fumier dans les étangs de pisciculture, avant qu’ils n’y retournent et les testent sur leurs propres fermes, avec l’appui d’observateurs locaux.

Vue aérienne d’une ferme pilote du CIFOR-ICRAF à Yanonge, RDC.

 

À ce jour, plus de 300 agriculteurs et 41 associations ont bénéficié des différentes techniques testées sur les deux fermes pilotes du CIFOR-ICRAF. Cependant, ces chiffres ne sont significatifs que lorsque les efforts et les améliorations de groupes comme Akili ni Mali se reflètent. Grâce à leur engagement, de nombreux petits entrepreneurs et entreprises locaux peuvent envisager un avenir meilleur.

Copyright policy:
We want you to share Forests News content, which is licensed under Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). This means you are free to redistribute our material for non-commercial purposes. All we ask is that you give Forests News appropriate credit and link to the original Forests News content, indicate if changes were made, and distribute your contributions under the same Creative Commons license. You must notify Forests News if you repost, reprint or reuse our materials by contacting forestsnews@cgiar.org.