Conférence

Six conseils pour les entrepreneurs en restauration d’Afrique

Comment réussir la plantation et la croissance des arbres
Partager
0
Plantation d’acacias en République démocratique du Congo. Axel Fassio/CIFOR

Sujets liés Articles

L’Afrique a le potentiel de restaurer 700 millions d’hectares de terres dégradées et déboisées, mais les experts préviennent que pour transformer les terres et les moyens de subsistance à long terme, les initiatives de plantation d’arbres doivent être soutenues par des stratégies solides fondées sur la science.

Pendant le forum numérique « La plantation d’arbres peut-elle sauver notre planète ? » organisé par le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR), le Centre international de recherche en agroforesterie (ICRAF) et le Forum mondial sur les paysages (GLF) le 29 septembre, des chercheurs, des experts forestiers, des dirigeants communautaires, des investisseurs et des décideurs ont discuté des clés d’un reboisement réussi et de la restauration des paysages forestiers.

Voici quelques conseils pour réussir à planter des arbres :

  1. Pensez non seulement à la plantation, mais aussi à la croissance

Le vrai défi n’est pas de planter des semis, mais de les nourrir afin qu’ils grandissent et réalisent leur contribution potentielle aux avantages environnementaux, sociaux et économiques à long terme. « Choisir le bon arbre pour le bon endroit et le bon objectif est essentiel – c’est notre mantra, » a déclaré Ramni Jamnadass, co-leader du programme Tree Productivity and Diversity de l’ICRAF.

L’objectif peut être lié à des produits tels que les fruits, le fourrage, ou le bois, ou à des services tels que l’ombre, le contrôle de l’érosion et la séquestration du carbone. La prise en compte des connaissances locales, des approches fondées sur des preuves et l’engagement de la communauté sont les clés d’une restauration réussie des paysages forestiers, selon les experts.

  1. Faites attention aux erreurs les plus courantes

« Planter des monocultures, introduire des espèces envahissantes et ignorer l’utilisation de l’eau et l’équilibre hydrique du sol sont trois des erreurs les plus courantes de la plantation d’arbres, » a expliqué Harrie Lovenstein, responsable de la recherche et du développement chez Land Life Company, une entreprise de reboisement basée à Amsterdam. D’autres erreurs incluent le fait de ne pas préparer le sol ou d’adapter l’approche aux réalités biophysiques et culturelles dans un endroit spécifique. Un autre conseil des participants au forum : Soyez intelligents face au climat, en expérimentant et en sélectionnant des variantes d’espèces autochtones plus tolérantes à la sécheresse.

  1. Mettez les communautés locales au centre de votre stratégie

Il est essentiel de faire participer les communautés et de s’assurer qu’elles bénéficient des paysages forestiers restaurés pour garantir le succès à long terme. « La restauration a finalement lieu au niveau local et doit prendre en compte la dynamique sociale et économique de chaque communauté, » a dit Susan Chomba, coordinatrice de projet chez l’ICRAF. Les considérations devraient inclure le genre, le pouvoir et la dynamique des groupes d’âge, a-t-elle ajouté.

  1. Profitez des applications mobiles

De nouveaux outils adaptés aux contextes locaux peuvent réduire les coûts, améliorer les taux de survie et soutenir l’engagement communautaire en aidant les agriculteurs et les praticiens de la restauration à prendre de meilleures décisions. L’application du CIFOR-ICRAF vegetationmap4africa, par exemple, permet aux utilisateurs de déterminer quels arbres et arbustes sont originaires d’un emplacement. Ces informations, combinées aux connaissances locales sur les espèces qui conviendraient le mieux à une zone et à un objectif particulier, facilitent la sélection du bon arbre.

Un autre ajout à la boîte à outils est l’application Regreening Africa, présentée par les experts du CIFOR-ICRAF Tor-Gunnar Vagen, Roeland Kindt et Muhammad Ahmad. L’application est basée sur le crowdsourcing assisté pour le suivi de la restauration des terres à grande échelle. « Cet outil permet d’enregistrer, de suivre et d’améliorer la performance des efforts de restauration, » a déclaré T. Vagen, citant des exemples de pays comme le Rwanda, le Sénégal, le Kenya, le Mali, le Ghana, l’Éthiopie et le Niger.

  1. Jetez un œil aux technologies et entreprises émergentes

La télédétection et l’intelligence artificielle pourraient transformer l’avenir de la plantation d’arbres. « Les planteuses d’arbres manuelles continueront de faire partie de la solution, mais la technologie est un moyen de nous aider à atteindre l’échelle dont nous avons besoin, plus rapidement, » a déclaré Lauren Fletcher, fondatrice de BetaEarth.global. « Les drones peuvent planter 400 000 graines par jour, contre quelques centaines grâce à une approche manuelle ; ils peuvent également accéder à des endroits où nous ne pouvons pas attirer de monde. »

Land Life Company suit des milliers d’arbres plantés grâce à des emplacements GPS, des drones et des satellites. « Ces données nous permettront de créer des cartes de plantation d’arbres qui peuvent être utilisées par nos machines à planter des arbres, et elles alimentent également un portail qui permet à nos clients de vérifier les arbres, » a déclaré H. Lovenstein.

La technologie a un rôle à jouer, mais il y aura toujours un besoin pour la composante humaine, a clarifié L. Fletcher, ajoutant : « J’adore la technologie, mais vous devez la voir comme un outil à utiliser au bon endroit et au bon moment et pour le bon objectif. »

  1. Laissez la nature faire le travail

Dans certains cas, au lieu de planter des arbres, la régénération naturelle des forêts peut être une meilleure solution : « C’est une stratégie peu coûteuse qui ne nécessite pas de pépinières ni de main-d’œuvre importante, mais il est important d’évaluer quand et où cela est possible, » a déclaré Joice Ferreira, chercheuse à Embrapa Amazônia Oriental au Brésil.

Discutant de ses recherches en Amazonie brésilienne, Ferreira a expliqué que les forêts secondaires ont récupéré 80 pour cent de leurs niveaux de carbone et de biodiversité dans les forêts primaires en seulement quatre ans. Cela a été possible en raison des températures et des précipitations optimales, et du fait que le changement d’utilisation des terres dans la région est relativement récent, se produisant au cours des 30 dernières années, et pas toujours intensif – les activités agricoles consistent souvent en des pâturages extensifs.

« Parmi les décideurs politiques, il y a beaucoup plus d’enthousiasme pour la plantation d’arbres, même quand ce n’est pas du tout nécessaire, » a-t-elle déclaré. « À l’échelle mondiale, il existe de nombreuses possibilités de régénération naturelle et nous devons en profiter. »

(Visited 1 times, 1 visits today)
Cette recherche fait partie du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l'agroforesterie, qui est soutenu par les Donateurs Fonds CGIAR.
Politique sur le droit d’auteur :
Nous vous autorisons à partager les contenus de Forests News/Nouvelles des forêts, qui font l’objet d’une licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). Vous êtes donc libres de rediffuser nos contenus dans un but non commercial. Tout ce que nous vous demandons est d’indiquer vos sources (Crédit : Forests News ou Nouvelles des forêts) en donnant le lien vers l’article original concerné, de signaler si le texte a été modifié et de diffuser vos contributions avec la même licence Creative Commons. Il vous appartient toutefois d’avertir Forests News/Nouvelles des forêts si vous republiez, réimprimez ou réutilisez nos contenus en contactant forestsnews@cgiar.org.